Six mois après l’établissement d’un salaire minimum au Myanmar : suivi des progrès

Image
 Discussion sur le salaire minimum a Myanmar

Les participants aux consultations menées à Yangon discutent du nouveau salaire minimum du pays (de gauche à droite : Mi Win Thida, chercheur du CESD; U Myo Aung, ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale; Piyamal Pichaiwongse, OIT)

Emploi et croissance

Il y a six mois, le gouvernement du Myanmar a instauré un salaire minimum national dans l’espoir de stimuler les investissements dans l’industrie de la confection. Le nouveau salaire minimum de 3 600 kyats (3 USD) par jour est 4,5 fois plus élevé que le salaire que gagnaient auparavant les travailleurs non qualifiés se trouvant à la base de la pyramide.

Un an et demi plus tard, le 26 février 2016, le CRDI et le Center for Economic and Social Development (CESD) ont tenu des consultations à Yangon. Des représentants clés du gouvernement, des groupes d’employeurs et d’employés et des organisations non gouvernementales internationales se sont réunis pour tenir des discussions en table ronde sur le nouveau salaire minimum de même que sur la voie à suivre.

Les participants ont examiné les résultats récents d’un sondage mené auprès des entreprises financé par le CRDI et entrepris par le CESD, et ont échangé des idées sur les répercussions probables et les mécanismes d’exécution et d’ajustement futurs liés au nouveau salaire minimum. Dans l’ensemble, ils ont convenu qu’il était essentiel d’assurer un dialogue continu et qu’il fallait mettre en place un processus d’examen approprié pour veiller à ce que les usines respectent les nouvelles exigences salariales.

Parmi les participants aux discussions, on compte des représentants duministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, de la Union of Myanmar Federation of Commerce and Industry, de la Confederation of Trade Unions Myanmar et de l’Organisation internationale du travail (OIT).

L’attachée de recherche du CESD et organisatrice de l’atelier, Mi Win Thida, était d’avis qu’il est important de rassembler les intervenants clés pour discuter des processus de négociation et d’établissement du nouveau salaire minimum. Elle a expliqué que l’atelier visait à orienter la compréhension commune des défis auxquels les différents intervenants ont fait face et des avantages dont ils ont bénéficié depuis la mise en place d’un salaire minimum, et de la façon dont ils ont vécu la nouvelle situation.

Le CESD est le principal think tank du Myanmar qui appuie l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes. Il travaille actuellement avec le CRDI pour mener des recherches en vue d’établir le salaire minimum et de formuler des recommandations qui serviront de cadre permanent pour réformer et gérer les lois et les politiques du Myanmar à ce sujet.

Lire le communiqué de presse complet ici : Half a year into Myanmar’s minimum wage – looking back, forging ahead

En savoir plus sur les discussions en table ronde organisées par le CESD et le CRDI

Jetez un coup d’oeil sur la couverture médiatique locale des discussions en table ronde sur le salaire minimum.

En savoir plus sur la façon dont le CRDI appuie la recherche sur le salaire minimum au Myanmar

En apprendre davantage sur les recherches antérieures du CRDI sur le salaire minimum :