S'associer à des bailleurs de fonds partenaires

Image
Division des communications, CRDI

Le CRDI estime que les partenariats lui sont essentiels pour l’aider à réaliser sa mission. C’est aussi ce qu’a réaffirmé le Conseil des gouverneurs en mars 2010 en approuvant le premier cadre quinquennal des partenariats avec les bailleurs de fonds. Les partenariats favorisent la collaboration entre les bailleurs de fonds de la recherche et une plus grande mise en commun des connaissances. De manière tout aussi importante, ils augmentent les ressources mises à la disposition de la recherche au service du développement.

Depuis 1970, le CRDI a conclu des accords avec plus de 140 bailleurs de fonds de la recherche animés de préoccupations semblables aux siennes. Sa vaste expérience l’a amené à établir des partenariats de plus en plus importants et novateurs. Aujourd’hui, les partenariats d’une valeur de plus de un million de dollars représentent près de 80 % de tous les accords de cofinancement en vigueur. En 2009–2010, le financement de la programmation du CRDI provenait à près de 16 % de partenariats conclus avec des organismes gouvernementaux, des organismes d’aide bilatérale et d’aide multilatérale, des fondations philanthropiques et des organismes du secteur privé.

L’accord le plus important, dont la valeur s’élève à 50 millions CAD, a été conclu en 2009–2010 avec l’Agence canadienne de développement international (ACDI) aux fins du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale. D’autres partenariats ont été établis au cours de l’exercice, dont

  • un partenariat avec l’ACDI pour l’octroi de subventions de renforcement des capacités en vue d’essais cliniques en matière de prévention du VIH/sida — 10 millions CAD;
  • un partenariat avec le Fonds international de développement agricole pour KariaNet II — 1,6 million CAD;
  • un partenariat avec l’Australian Agency for International Development aux fins de l’Initiative de recherche en écosanté sur les maladies infectieuses émergentes — 1,5 million CAD.
Prospection de partenariats
 
Au cours des cinq prochaines années, le CRDI consolidera ses relations avec ses partenaires. Il s’emploiera aussi à nouer des liens avec de nouveaux bailleurs de fonds et collaborera davantage avec des organismes et des réseaux internationaux d’envergure.
 

Le CRDI continuera également d’oeuvrer au renforcement de la capacité des bénéficiaires de subventions d’établir des partenariats durables et de mobiliser les ressources dont ils ont besoin. Le Centre continuera aussi de consigner et de faire connaître les bonnes pratiques en matière de partenariats au service du développement.

LE CHANGEMENT, FRUIT DES PARTENARIATS

Aide à l’Afrique pour l’adaptation aux changements climatiques
 
Au cours de la dernière décennie, les cas de paludisme dans les hautes terres du centre du Kenya se sont multipliés par sept. Les chercheurs du Kenya Medical Research Institute attribuent cette augmentation aux changements climatiques. Par ailleurs, une étude financée par le programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique conclut que l’activité humaine est responsable de la hausse des températures. Or, le parasite du paludisme n’a besoin que d’une hausse de deux degrés — de 17 oC à 19 oC — pour atteindre sa maturité et présenter un risque pour la santé de quatre millions de personnes vivant sur les pentes du mont Kenya.
 
Ce projet de recherche est l’un des quelque 50 projets appuyés par le programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique, lancé conjointement par le CRDI et le Department for International Development (DFID) du Royaume-Uni en 2006. Ce programme a pour but d’améliorer la capacité des populations et des organismes du continent africain de s’adapter aux changements climatiques de sorte que même les plus vulnérables s’en tirent bien. Il vise également à étayer les politiques et les plans en matière d’adaptation.
 
Le DFID est le plus important partenaire de financement non canadien du CRDI. Au cours des cinq dernières années, il a annoncé le versement de 48 millions CAD à ce programme et d’une somme additionnelle de 16,6 millions CAD en vertu de cinq autres accords de partenariat.

LE CHANGEMENT, FRUIT DES PARTENARIATS

Collaboration canadienne en vue d’assurer la sécurité alimentaire

De nombreux pays en développement, en particulier en Afrique subsaharienne et en Asie, ne parviennent pas à produire ou à importer suffisamment d’aliments pour nourrir leur population. Il en résulte que plus d’un milliard de personnes dans le monde souffrent de malnutrition. La Banque mondiale estime que la production vivrière devra doubler à l’échelle planétaire d’ici 2030 si l’on veut faire face à la demande croissante.

 
Compte tenu de cette dure réalité, la ministre de la Coopération internationale du Canada, l’honorable Beverley Oda, a annoncé, le 16 octobre 2009, la création du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale. Doté de 62 millions CAD, ce fonds est une initiative conjointe du CRDI (qui y contribue 12 millions CAD) et de l’Agence canadienne de développement international (dont l’apport atteint 50 millions CAD). Il réunira les esprits les plus brillants du Canada et des pays en développement afin de trouver, grâce à la recherche, des moyens durables d’assurer la sécurité alimentaire.
 
On réalisera cet objectif en investissant dans la recherche appliquée et en tirant parti des compétences et du savoir canadiens. Le fonds est destiné aux plus vulnérables, en particulier aux petites exploitantes agricoles, ainsi qu’aux organismes et institutions aptes à mettre en oeuvre des moyens durables pour augmenter la production vivrière.
 
Le CRDI a lancé les deux premiers appels en février 2010. Trois projets de recherche ont été choisis jusqu’à maintenant.