Santé maternelle Des systèmes de santé efficaces pour la mère et l’enfant

Image
une femme enceinte
Gouvernance pour l’équité dans les systèmes de santé
PERSPECTIVES | SYSTÈMES DE SANTÉ

Les progrès réalisés à l’échelle mondiale en vue d’améliorer la santé maternelle et infantile se sont avérés laborieux et extrêmement variables. Des chercheurs subventionnés par le CRDI s’intéressent aux causes profondes des inégalités et à la façon dont les systèmes de santé pourraient mieux répondre aux besoins des femmes et des enfants.

En 2010, selon les estimations de l’ONU, quelque 800 femmes sont mortes chaque jour à la suite de complications survenues pendant la grossesse ou l’accouchement, et 99 % de ces décès sont survenus dans des pays en développement. La même année, près de 7,6 millions d’enfants seraient morts avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans. S’ils sont élevés, ces chiffres témoignent néanmoins des gains considérables qui ont été faits au chapitre de la santé maternelle et infantile depuis que les pays membres de l’ONU ont convenu, en 2000, d’objectifs ambitieux en matière de développement à atteindre d’ici 2015.

Un examen plus approfondi révèle toutefois que ces gains sont inégaux sur les plans social et géographique. Les taux de mortalité maternelle sont plus élevés dans les zones rurales et au sein des collectivités démunies, et les décès d’enfants de moins de cinq ans surviennent dans une proportion croissante en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Dans les deux tiers des pays qui ont réalisé des progrès en matière de mortalité infantile, l’écart entre les riches et les pauvres s’est en fait creusé. Ces constatations indiquent qu’il subsiste de nombreuses inégalités et que les services de santé ne profitent pas aux personnes qui en le plus besoin.

Dans plusieurs régions, le statut social peu élevé des femmes fait en sorte qu’elles reçoivent des soins inadéquats. Dès l’enfance, les jeunes filles ont moins accès à l’éducation et souffrent davantage de malnutrition que les garçons. En grandissant, elles sont exclues de toute participation à la vie politique et économique et deviennent victimes de violence conjugale. Trop souvent, les femmes sont les dernières à passer à table et à recevoir des soins médicaux.

S’attaquer aux causes profondes du piètre état de santé des femmes et des enfants

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), par l’entremise de son programme Gouvernance pour l’équité dans les systèmes de santé (GESS), pose un regard singulier sur la santé maternelle et infantile dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire. Le CRDI va au delà de la recherche axée presque exclusivement sur les maladies et les traitements et soutient des travaux qui examinent les causes profondes et les facteurs systémiques qui compromettent la santé des femmes et des enfants. Si les femmes qui meurent pendant l’accouchement ou la grossesse succombent généralement à une hémorragie ou à une infection, leur décès est en fait attribuable à la malnutrition et à la violence conjugale dont elles sont victimes ainsi qu’à leur manque d’éducation et de pouvoir décisionnel. La pauvreté, combinée au manque de respect des droits des femmes et au manque de considération à l’égard de leurs besoins, crée un terrain propice à ces fléaux.

Grâce au soutien du programme GESS, des chercheurs de pays à faible revenu et de pays à revenu intermédiaire examinent la mesure dans laquelle les systèmes de santé parviennent à répondre aux besoins des mères et des enfants. Au moyen d’une analyse sociale et sexospécifique, ils s’attachent à comprendre la façon dont les services de santé sont administrés et déployés, la manière dont les ressources sont allouées et la façon dont les systèmes de santé peuvent favoriser l’émancipation des femmes. 

Lire le document en version PDF