Résumés d’études de cas tirées d’un livre à paraître

Image
Lauren Crawshaw

La recherche en écosanté peut changer le monde, un geste à la fois 

Les changements climatiques, les maladies émergentes, la croissance démographique et la mondialisation ne sont pas étrangers à la détérioration de la santé humaine, puisqu’ils provoquent des changements dans les écosystèmes. Et la situation ne fait qu’empirer. Mais que peut-on faire ? Grâce à l’appui consenti par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), organisme canadien, la recherche en écosanté trouve des solutions en vue d’améliorer la santé des collectivités et la salubrité des écosystèmes dans les pays en développement, et elle les met en application. En réunissant des scientifiques et des collectivités locales afin de cerner un problème et en invitant les personnes qui ont le pouvoir de changer les choses à s’intéresser au problème, il peut être possible d’apporter des modifications novatrices et permanentes. Faire en sorte que la recherche produise de tels effets n’est pas chose facile. La politique, les intérêts privés, les priorités concurrentes et la nature elle-même font souvent obstacle aux personnes qui s’efforcent d’apporter des changements. Cela devrait-il inciter les chercheurs à renoncer à s’engager dans des processus de changement ? Et quels rôles conviennent le mieux aux chercheurs qui souhaitent voir s’opérer des changements ? Participez au débat, qui sera axé sur des expériences concluantes menées sur le terrain. Ces expériences et plusieurs autres font l’objet d’un recueil d’études de cas que le CRDI publiera plus tard cette année.
 
Modératrice: Dominique Charron, chef du programme Écosystème et santé humaine, Centre de recherches pour le développement international, Canada
 
La recherche en écosanté au service du développement

Dominique Charron, IDRC 

 
Tandis que les bailleurs de fonds et les investisseurs du milieu du développement partout dans le monde exigent de plus en plus qu’on leur fournisse des données probantes quant aux retombées de leurs investissements, d’autres experts attirent l’attention sur l’encombrement peu efficace que l’on peut observer dans le domaine du développement, particulièrement en ce qui concerne la santé. L’écosanté, elle, se traduit par des travaux de recherche porteurs d’impacts qui apportent des solutions aux problèmes complexes d’aujourd’hui.

Amélioration de la santé, de la sécurité alimentaire et de la fertilité des sols au Malawi

Lizzy Shumba, SFHC Project, Ekwendeni Hospital, Malawi
Rachel Bezner-Kerr, University of Western Ontario, London, Canada 

Les agriculteurs des environs adoptent les pratiques culturales, les familles créent de nouvelles recettes et les utilisent, et des centaines de personnes participent maintenant au projet. Aucune modification aux politiques n’a été nécessaire pour produire un tel impact. À quoi tient cette réussite ? Dans quelle mesure cet impact sera-t-il durable et peut-il continuer de se propager sans changement de politique ?

Réduction de la concentration de manganèse dans l’air dans le district de Molango, au Mexique
Horacio Riojas, National Institute of Public Health (INSP), Mexico

Les chercheurs prenant part à ce projet se sont employés activement à faire comprendre à la société minière et aux collectivités en quoi consiste la réduction de l’exposition et à les inciter à prendre des mesures en ce sens. Ils poursuivent leur travail auprès des différents ordres de gouvernement, afin de faire diminuer la concentration normalement autorisée de manganèse dans l’air.

Élargissement de la portée des politiques de lutte contre le paludisme en Tanzanie afin d’y inclure l’environnement
Leonard Mboera, National Institute for Medical Research, Dar es Salaam, Tanzania

La participation de la collectivité et d’autres secteurs que celui de la santé à l’élaboration de stratégies de lutte antipaludique à l’échelon local a contribué à la modification des politiques de lutte contre le paludisme, y compris du plan stratégique national à moyen terme à cet égard. En outre, le comité consultatif national de lutte contre le paludisme comprend désormais des membres ne venant pas du secteur de la santé mais représentant plutôt les domaines de l’agriculture et de l’irrigation.

Reconstruction des écosystèmes urbains pour une meilleure santé des collectivités à Katmandou, au Népal
D. D. Joshi and Minu Sharma, National Zoonoses and Food Hygiene Research Centre Kathmandu, Nepal  

Les travaux de recherche et les interventions ont porté sur la collecte des ordures, l’amélioration des services de base (eau, assainissement et services de santé) et le renforcement de la gouvernance locale, afin de mettre en place un aménagement communautaire plus sain et plus durable.