Rendre les collectivités rurales mieux à même de réduire au minimum les maladies reliées à la faune

December 02, 2014

Image
Photo de la savane

KATE HOLT

Dans le sud-ouest de l’Ouganda, la croissance démographique, les changements climatiques et les politiques agricoles ont réduit l’accès aux pâturages et aux points d’eau, ce qui a forcé les pasteurs à se sédentariser et à s’établir aux environs de zones de conservation de la faune. Cela a entraîné une interaction plus fréquente entre les hommes et les animaux sauvages, une augmentation des risques pour la santé et un impact négatif sur le développement communautaire. 

Il existe peu de données scientifiques sur l’ampleur de ces problèmes. Or, grâce à l’appui du CRDI, des chercheurs de l’Université Makerere se sont penchés sur les répercussions que les changements sociaux et environnementaux ont sur la santé des collectivités pastorales qui se sont établies aux environs du parc national du lac Mburo. Ils ont évalué l’impact des zoonoses (maladies d’origine animale) sur la santé animale et humaine ainsi que leurs effets sur les chaînes de valeur du bétail dans l’optique de l’élaboration de stratégies visant à réduire les risques et la vulnérabilité. 

Les défis sanitaires et socioéconomiques que pose le parc

Les chercheurs ont découvert que les collectivités pastorales, bien qu’elles soient particulièrement touchées par la brucellosis, connaissent très peu cette maladie. On contracte cette zoonose très contagieuse en consommant le lait non pasteurisé ou la viande insuffisamment cuite d’un animal infecté ou en étant en contact étroit avec ses sécrétions. La recherche a aussi révélé que la proximité du parc et la densité de la population de grands animaux sauvages à l’intérieur de ce dernier ont augmenté le risque que le bétail contracte la brucellosis, ce qui pourrait se répercuter sur le prix du lait.   

L’équipe de recherche a travaillé de concert avec des responsables des politiques locaux dans les secteurs de la santé publique, de la médecine vétérinaire et de la faune en vue de mettre sur pied des campagnes de sensibilisation et de prévention visant à favoriser une meilleure gestion de la maladie et à contribuer au développement durable des collectivités.

Le projet a permis de former des représentants locaux à la gestion des maladies; ceux-ci ont par la suite formé d’autres membres de leur collectivité. Ils ont en outre prononcé des allocutions à des rassemblements scolaires et à des rencontres communautaires, participé à des émissions-débats diffusées à la radio locale et enregistré plusieurs messages radiophoniques.

Diaporama avec son ayant trait à ce projet

empowering-rural-communities-to-minimize-wildlife-related-diseases.jpg