Réduction globale des émissions de mercure dans les exploitations aurifères artisanales et à petite échelle

July 30, 2014

Image
Exploitation minière artisanale de l'or

ARTISINAL GOLD COUNCIL

Au Burkina Faso, de petits mineurs supervisent l’exploitation aurifère sans mercure sur un site d’essai.

L’exploitation aurifère artisanale et à petite échelle est la source la plus importante d’émissions de mercure causées par l’homme et a même dépassé la combustion du charbon. Comme on dénombre plus de 15 millions de prospecteurs d’or à petite échelle répartis dans plus de 70 pays, il est crucial de trouver une manière de réduire leurs émissions de mercure.

S’attaquer aux émissions de mercure des exploitations aurifères à petite échelle

La Convention de Minamata sur le mercure constitue le fer de lance des efforts déployés à l’échelle mondiale pour réduire les émissions. Elle fournit des mécanismes de contrôle et de réduction des émissions visant tous les processus de production et de transformation ainsi que toutes les industries entraînant l’utilisation, le relâchement ou l’émission de mercure. La Convention aborde aussi l’extraction directe, l’exportation et l’importation de mercure ainsi que l’entreposage sûr des déchets qui en contiennent. Les pays qui ont ratifié la Convention ont mis au point des plans d’action nationaux relatifs à l’exploitation aurifère artisanale et à petite échelle. L’Artisanal Gold Council soutient les efforts des pays en développement en leur fournissant des procédures d’inventaire et des programmes de formation.

La base de données en ligne de l’Artisanal Gold Council, MercuryWatch, suit la réduction des émissions de mercure résultant des activités de l’exploitation aurifère artisanale et à petite échelle. Avec l’aide d’une subvention du CRDI, l’Artisanal Gold Council a amélioré le site Web de Mercury Watch en vue de mieux présenter et cartographier les émissions de mercure. Il a aussi été en mesure d’afficher de nouvelles données sur l’exploitation aurifère artisanale et à petite échelle et sur le mercure au Burkina Faso, en Côte‑d'Ivoire et au Nicaragua.

Ce projet a aussi contribué aux activités de renforcement des capacités et de sensibilisation menées dans plusieurs pays en développement. Depuis, le Burkina Faso a mis sur pied le premier centre de traitement sans mercure et le premier centre de formation sur l’extraction sans mercure du pays.

Prochaines étapes

L’Artisanal Gold Council s’attache à poursuivre la collaboration avec le secteur non structuré de nombreux pays en vue de sensibiliser les populations aux risques de l’utilisation du mercure, d’informer les mineurs des solutions de rechange pour extraire l’or et de recueillir de nouvelles données sur l’exploitation artisanale et l’utilisation du mercure afin d’enrichir la base de données MercuryWatch.

  • En savoir plus sur MercuryWatch
  • Lire « World Emissions of Mercury from Artisanal and Small Scale Gold Mining », sixième chapitre de l’ouvrage Mercury Fate and the Transport in the Global Atmosphere: Emissions, Measurement and Models, écrit en collaboration avec Kevin Telmer, de l’Artisanal Gold Council, titulaire de l’une des petites subventions octroyées par les Partenariats canadiens du CRDI pour l’exécution d’activités novatrices de recherche et de mise en commun des connaissances
  • Pour en savoir plus sur l’exploitation aurifère artisanale et à petite échelle et les émissions de mercure, consulter le rapport Global Mercury Assessment 2013 (PDF, 9,1 Mo).

Lire le rapport final