Protection des régions semi-arides contre les chocs climatiques

Image
Les panélistes à DPV Conférence OCF Sessions

GLORIA LIHEMO

Jess Hatcher

Lors d’une discussion en groupe tenue à Paris en juillet, des experts ont convenu de l’extrême vulnérabilité aux changements climatiques des systèmes environnementaux et sociaux des régions semi-arides. Le groupe s’est réuni dans le cadre de la conférence Notre avenir commun face au changement climatique, le plus important forum en matière de climatologie tenu avant le prochain sommet sur le climat, soit la 21e Conférence des Parties.

Selon Andaleeb Rahman, de l’Indian Institute for Human Settlements, il existe toujours des lacunes sur le plan des connaissances au sujet de la vulnérabilité sociale dans les zones tropicales de l’Inde. Les données détaillées sur les stratégies de subsistance, la propriété foncière et les sources de crédit sont à peu près inexistantes, a-t-il indiqué. 

Le consortium sur l’adaptation à différentes échelles dans les régions semi-arides (ASSAR), qui s’inscrit dans le cadre de l’Initiative de recherche concertée sur l’adaptation en Afrique et en Asie (IRCAAA), contribue à combler ces lacunes en matière de connaissances. Les facteurs structurels de la pauvreté créent des obstacles à l’adaptation au climat, lesquels sont encore plus importants pour les groupes déjà marginalisés, suggèrent les indicateurs tirés des recherches dirigées par l’ASSAR. 

Définition de mésadaptation

Elizabeth Carabine, chercheuse à l’Overseas Development Institute, en Grande-Bretagne, a présenté les conclusions tirées par le consortium sur les nouveaux mécanismes de résilience dans les pays semi-arides de l’IRCAAA. Elle a exploré la notion de mésadaptation, qui selon elle, est limitée par un manque de clarté conceptuelle et par un désaccord quant à la façon dont elle peut être mesurée. 

Elle a soutenu que l’inaction délibérée devrait être considérée comme une mésadaptation si elle contribue à augmenter les risques climatiques et les résultats négatifs pour les gens et les collectivités. Selon elle, il faudrait se pencher davantage sur les questions de justice et d’équité.

La mésadaptation, a-t-elle fait remarquer, peut se produire bien après la fin du cycle d’un projet. Les écosystèmes, les moyens de subsistance et les économies ne sont pas des éléments statiques. Dans le cadre des changements climatiques, les risques climatiques et les vulnérabilités se rapportant à des variables climatiques particulières sont également susceptibles de changer. Mme Carabine a présenté un aperçu d’un cadre permettant de mesurer la qualité des résultats de l’adaptation, et elle a cerné un certain nombre d’éléments pouvant s’avérer des signes avant-coureurs de mesures mésadaptées.

Les participants à la discussion ont convenu qu’il était nécessaire de disposer de renseignements plus approfondis au sujet de la vulnérabilité, et que les gouvernements et d’autres organismes devraient se servir de ces renseignements afin de prendre des mesures efficaces pour éviter toute mésadaptation.  

Pour en savoir plus

Initiative de recherche concertée sur l’adaptation en Afrique et en Asie

Adaptation à différentes échelles dans les régions semi-arides

Nouveaux mécanismes de résilience dans les pays semi-arides

Indian Institutes for Human Settlements

Overseas Development Institute