Permettre l’émergence du « juste milieu »

Image

Ronald U. Mendoza, chercheur principal à l’Asian Institute of Management, a été nommé l’un des jeunes scientifiques les plus remarquables des Philippines en 2012 par la Philippine National Academy of Science and Technology.

Mary O'Neill
PERSPECTIVE | CROISSANCE POUR TOUS
Les petites entreprises peuvent entraîner une croissance plus équitable. Mais pourquoi certaines croissent rapidement alors que d’autres stagnent ou échouent ?
 
Des travaux antérieurs financés par le CRDI et dont les résultats ont été publiés dans le livre Manufacturing Enterprise in Asia, ont révélé que les structures des entreprises en disent beaucoup sur le schéma de croissance d’un pays et sur la manière dont la richesse y est distribuée. En Inde, par exemple, on observe une forte concentration de petites entreprises et de grandes entreprises, et l’absence flagrante d’un juste milieu. Ce déséquilibre contribue à une faible productivité et à une hausse des inégalités. Au Japon, à Taiwan et en Corée, par opposition, les petites et moyennes entreprises ont acquis des technologies et des compétences en travaillant comme sous-traitants de production pour les entreprises se consacrant à l’exportation. Dans ces trois pays, le revenu était plus largement réparti, ce qui a stimulé l’émergence d’un marché intérieur pour les produits manufacturés. Grâce à des politiques favorables telles que des investissements dans le réseau électrique et l’éducation, ces petites et moyennes entreprises sont devenues un « juste milieu » qui joue un rôle crucial dans la création d’emplois et l’augmentation de la valeur ajoutée.
 
Pour aider d’autres pays à tirer des enseignements de ces succès, l’Asian Institute of Management a récemment lancé un concours de recherche avec l’appui du CRDI. L’objectif : aider les pays à revenu intermédiaire d’Asie à élaborer des politiques favorables aux petites et moyennes entreprises, qui entraînent une augmentation du revenu et une croissance mieux partagée. Dix propositions portant sur divers sujets allant des répercussions de la corruption à l’accès des femmes au crédit ont été retenues.
 
Les résultats préliminaires ont révélé
  • que, dans la région, une entreprise sur quatre s’attend à devoir verser des pots-de-vin en raison de la corruption;
  • que moins d’une entreprise sud-asiatique sur cinq appartient à une femme. Dans plusieurs pays d’Asie du Sud, les entrepreneurs sont freinés par des contraintes juridiques et un manque d’accès au crédit;
  • les petites entreprises comptent pour 60 % des emplois offerts au Vietnam. Une productivité accrue et l’utilisation de nouvelles technologies sont cruciales pour permettre aux petites entreprises de prospérer et de constituer un juste milieu.

Mary O'Neill est rédactrice à Ottawa.

En savoir plus au sujet des travaux de recherche que le CRDI subventionne en ce qui concerne la croissance inclusive

Liens connexes