Mettre au point un vaccin contre la septicémie hémorragique chez les ruminants

12 janvier 2018
Fonds d’innovation en vaccins pour le bétail

Pâturage des rizières avec des buffles d'eau

Photo: Markus Kostner / Banque mondiale

Le fardeau de la septicémie hémorragique pour les petits exploitants

La septicémie hémorragique est une maladie bactérienne aiguë et souvent mortelle touchant principalement les bovins et les buffles en Asie et en Afrique. La bactérie responsable est Pasteurella multocida. La plupart des pays d’Asie évaluent la septicémie hémorragique comme étant la plus importante maladie contagieuse chez les bovins et les buffles. À l’échelle mondiale, elle est la deuxième cause de mortalité pour les buffles et la cinquième pour les bovins. Les épidémies peuvent avoir des conséquences économiques dévastatrices. Elles entravent non seulement le rendement économique de la production animale, mais aussi la récolte de cultures essentielles qui dépend de la traction animale.

Problèmes avec les vaccins actuels

La vaccination est la méthode la plus efficace et la plus économique pour lutter contre la septicémie hémorragique. Toutefois, les vaccins actuels sont souvent inefficaces en raison des nombreuses variantes de la bactérie; une vaccination efficace exige donc l’isolement de chaque variante et la préparation d’un vaccin dirigé contre celle-ci. Ce processus est compliqué par l’absence d’outils appropriés pour identifier ces variantes. La principale difficulté est donc de mettre au point des vaccins capables de stimuler une réponse immunitaire protectrice contre toutes les variantes connues de la bactérie.

Une solution novatrice : l’ingénierie des protéines

À l’aide de techniques d’avant-garde, comme l’ingénierie des protéines, le projet vise à isoler des protéines de Pasteurella multocida puis à en générer de nouvelles afin de les utiliser pour stimuler la formation d’anticorps universels. Cette approche se traduit par une forte probabilité de succès en ce qui a trait à l’identification des antigènes de la plupart des souches bactériennes responsables de la septicémie hémorragique.

Résultats escomptés

Le résultat global escompté de ce projet est le développement, à partir d’antigènes mis au point par des techniques biogénétiques, d’un vaccin universel contre la septicémie hémorragique des ruminants qui offrirait une protection efficace et de longue durée.

Principaux établissements

Le projet est le fruit d’une collaboration entre l’Université de Calgary, l’Université de Toronto et VIDO-InterVac. L’équipe s’associera également à l’Institut de recherche Armauer Hansen d’Éthiopie et au Centre national pour la santé animale du Bhoutan.

  • Durée : 24 mois
  • Budget : 1,5 million de dollars