Lizzie Shumba, Malawi Intégrer la recherche au travail des agriculteurs

Image
Division des communications, CRDI
Des chercheurs du Canada et du Malawi s'associent pour améliorer la nutrition

En 2000, l’hôpital d’Ekwendeni, dans le nord du Malawi, a entrepris d’améliorer la nutrition des enfants, la sécurité alimentaire et la fertilité des sols, afin que les ménages agricoles pauvres jouissent de meilleures conditions de vie. La solution proposée : des cultures intercalaires de légumineuses riches en protéines telles que le pois cajan, la fève soja et l’arachide, qui fixent l’azote dans le sol et augmentent ainsi les rendements tout en réduisant la nécessité de recourir à de coûteux engrais.

 
CRDI
Au Malawi, des recherches qu’a appuyées le CRDI sur la culture de légumineuses riches en protéines ont contribué à améliorer tant la fertilité des sols que le régime alimentaire des enfants.

Des chercheurs du Malawi et du Canada — spécialistes de l’agriculture, de la nutrition et des sciences sociales —ont collaboré avec le personnel de l’hôpital et des agriculteurs pour trouver les légumineuses les plus adéquates. Ce projet, que le CRDI appuie depuis 2001, a amélioré la nutrition, des femmes et des enfants surtout. Au bout de huit ans, on constate une prise de poids appréciable chez les enfants des familles participantes. Cela vient établir qu’il y a un lien entre la salubrité des sols et la santé des collectivités. Les légumineuses font maintenant partie du régime alimentaire dans la région. La recherche a aussi aidé à cimenter les collectivités et à raffermir les liens de confiance en leur sein.

 
La recherche est exécutée en collaboration par l’hôpital d’Ekwendeni, la fondation HealthBridge du Canada et le Département de géographie de l’Université Western Ontario. Les organismes subventionnaires sont, entre autres, la Banque de céréales vivrières du Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. La nutritionniste Lizzie Shumba coordonne le projet.
 
Lizzie Shumba

Les chercheurs canadiens nous ont aidés à comprendre pourquoi nous avions des taux de malnutrition élevés et des problèmes de sécurité alimentaire. Ils ont ensuite collaboré avec nous à l’essai de techniques de culture intercalaire de légumineuses, puis à l’établissement de données de référence aux fins de notre recherche sur la nutrition des enfants par la mesure du rapport entre leur poids et leur taille, et entre leur âge et leur taille.
 
Nous avons d’abord travaillé dans sept villages pilotes avec 30 agriculteurs, qui ont reçu une formation aux techniques de culture intercalaire. Maintenant, plus de 7 000 agriculteurs participent, et de nombreux autres désirent se familiariser avec les techniques. Ils constatent que le recours aux légumineuses pour améliorer la fertilité de leur sol a des effets durables et qu’ils n’ont plus besoin d’acheter autant d’engrais qu’avant.
CRDI
Lizzie Shumba

Quant aux familles, elles s’aperçoivent que les légumineuses permettent de mieux nourrir les enfants. Nous nous déplaçons, surtout après la récolte, afin de leur montrer comment traiter et utiliser les légumineuses pour améliorer le régime alimentaire des enfants. Ces « journées recettes » sont en voie de devenir très populaires. La population rurale se dit heureuse, et cela me rend, moi aussi, très heureuse.

Nous collaborons désormais avec le Bunda College of Agriculture de l’Université du Malawi pour faire connaître ces techniques ailleurs dans le pays.