L'information améliore les conditions de vie dans les Philippines

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES

Grâce à des données exactes et à jour sur leurs conditions de vie, les Philippins jouissent désormais de nombreux avantages : programmes de formation professionnelle à l’intention des jeunes de Pasay City, dans le grand Manille; nouvelles installations sanitaires et d’adduction d’eau potable à Margosatubig, dans la province de Zamboanga del Sur; octroi de petits prêts à des entreprises familiales dans la province de Marinduque; écoles pour les jeunes décrocheurs (98 % des jeunes de 13 à 16 ans) à Pange, dans la municipalité de Siayan, le barangay ou village le plus pauvre des Philippines; centres de jour; passerelles reliant des villages isolés aux routes et aux marchés; programmes de télémédecine; programmes de repas scolaires; octroi de subsides pour les soins de santé.

À LIRE ET À VOIR ÉGALEMENT
 
Vidéo sur le suivi communautaire de la pauvreté aux Philippines  (en anglais)
Brève vidéo en deux parties sur la mise en oeuvre d’un système de suivi communautaire de la pauvreté
 
« Aux Philippines, les progrès reposent sur une information rigoureuse »
Comment le système de suivi communautaire de la pauvreté, d’abord projet pilote, s’est étendu, en 14 ans, à l’échelle nationale
 
Site Web du sous-réseau CBMS du Réseau de recherche sur les politiques économiques et la pauvreté (réseau PEP)  (en anglais)
Rapports nationaux, bulletins, le point sur les systèmes de suivi communautaire de la pauvreté à l’échelle mondiale
 
"CBMS Philippines Meets on e-Governance Strategies"
Article paru dans le numéro du 19 décembre 2009 d’e-gov, le premier magazine mensuel d’Asie sur le cybergouvernement, fait état des réalisations attribuables au CBMS, présentées à la sixième conférence nationale CBMS.
 
Bibliothèque numérique du CRDI
Extrants du réseau CBMS

Ce ne sont là que quelques-unes des mesures concrètes mises en oeuvre en vue d’améliorer les conditions de vie dans des milliers de villages et municipalités des provinces des Philippines. L’objectif : réduire la pauvreté. Le moyen : offrir les services les plus essentiels aux familles les plus nécessiteuses.

 

Des priorités à établir
 
Mais comment déterminer les mesures à prendre et les populations prioritaires ? C’est un système de suivi communautaire de la pauvreté (CBMS), mis en oeuvre dans l’ensemble des Philippines, soit dans plus de 17 000 barangays répartis dans 667 municipalités et 41 villes de 59 provinces, qui apporte la réponse. Conçu en 1994 par des chercheurs du Philippine Institute for Development Studies, à Manille, avec l’aide du CRDI, le système permet d’évaluer de manière précise l’ampleur et les causes de la pauvreté dans une collectivité. On tient compte non seulement du revenu, mais également d’autres facteurs qui dénotent le bien-être : mortalité maternelle et infantile, accès à l’eau potable, aux installations sanitaires et à l’éducation, logement adéquat et sécurité. Les données sont recueillies auprès de tous les ménages de la collectivité.

Selon Jose Antonio N. Carrion, gouverneur de la province de Marinduque, le CBMS permet de recueillir presque toutes les données essentielles. Auparavant, ne possédant pas de source de données fiable, les planificateurs locaux procédaient de façon aléatoire et n’atteignaient que quelques-unes, voire aucune, des cibles visées. Désormais, grâce au CBMS, ils disposent de données ventilées et sont en mesure de savoir qui sont les pauvres et où ils vivent, et de déterminer les causes de leur pauvreté.

 
L’importance cruciale des collectivités
 
En assurant la collecte et la validation des données, et en obligeant les fonctionnaires à rendre compte de la façon dont les fonds publics sont utilisés pour résoudre les problèmes cernés, les collectivités contribuent de manière fondamentale à la réussite du CBMS.
 
Ben Evardone, gouverneur de la province du Samar oriental, explique que ce sont les gens qui décident maintenant des projets qui seront financés et mis en oeuvre dans leur barangay et qui permettront le mieux d’atténuer la pauvreté. Les gens prennent l’initiative et en retirent les bienfaits. C’est l’essence même de la prise en charge : désormais, ce ne sont plus les dirigeants des administrations locales qui prennent les décisions à leur place.
 
L’accès à une information précise et à jour permet aux administrations locales d’optimiser les résultats atteints au moyen des maigres ressources dont elles disposent. Cette information leur sert aussi pour obtenir auprès de nombreux bailleurs de fonds le financement de programmes essentiels. Ce qu’il en coûte pour rassembler ces précieuses données : 1,50 $ par ménage.
 
De l’échelle locale à l’échelle nationale, puis mondiale
 
D’abord mis à l’essai en deux endroits dans la province de Palawan en 1998, le système de suivi s’est étendu grâce, en grande partie, au solide appui reçu du gouvernement des Philippines. De fait, le plan de développement national pour la période allant de 2004 à 2010 préconise la mise en oeuvre du système dans l’ensemble des 42 000 barangays du pays d’ici la fin de 2010.
 
Le CBMS a maintenant été adopté par 14 autres pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Aux dires de Celia Reyes, du Philippine Institute for Development Studies et chef du sous-réseau CBMS du réseau PEP, cela pourrait inciter à s’éloigner des façons classiques de planifier le développement et d’élaborer des projets en faveur de politiques davantage fondées sur des données probantes pour la prestation des programmes sociaux. 

Extrait d'une allocution prononcée par l'honorable Domingo F. Panganiban, secrétaire et coordonnateur principal de la National Anti-Poverty Commission des Philippines, durant la sixième conférence nationale CBMS, le 9 décembre 2009 à Manille

Une ère nouvelle exige des idées nouvelles et des démarches novatrices. Et de tous les nouveaux moyens dont dispose le gouvernement aujourd'hui, le CBMS est le plus prometteur [...] parce qu'il nous offre de vastes possibilités de faire mieux, d'accomplir davantage, de servir notre cause commune, tout en veillant à ce que nos précieuses ressources soient utilisées de façon efficace.