L’ICARDA et le CRDI : un partenariat durable et fructueux

Image

Un basin recueillant l’eau de pluie

CRDI – Bureau du Caire
Devenu une force à l’échelle mondiale, le Centre international de recherches agricoles dans les régions sèches (ICARDA) s’emploie à améliorer la qualité de vie des plus de 1,7 milliard de personnes vivant dans les régions arides en améliorant la productivité, les revenus et les moyens de subsistance.

L’ICARDA, dont le siège de trouve maintenant à Beyrouth, au Liban, est depuis sa fondation en 1977 l’un des partenaires du CRDI au Moyen-Orient. Bénéficiant du financement consenti par le CRDI et la Fondation Ford, l’ICARDA a adopté une stratégie de recherche alliant continuité et changement : il s’attache à résoudre des problèmes de l’heure tout en s’attaquant à des questions émergentes telles que les changements climatiques et la désertification.

L’organisme a élaboré de nouvelles stratégies de sécurité alimentaire, des technologies de l’eau et des semences de variétés végétales améliorées qui nourrissent l’espoir des populations africaines et des habitants de certaines régions d’Amérique latine et d’Asie. Depuis 1977, plus de 900 variétés améliorées de cultures vivrières et fourragères obtenues à partir du matériel génétique de l’ICARDA ont été adoptées à l’échelle mondiale. Il s’agit de variétés à meilleur rendement qui résistent à des températures extrêmes ou à la salinité des sols, aux ravageurs et aux maladies.

L’ICARDA travaille aujourd’hui avec des organisations non gouvernementales, des universités, des investisseurs du développement, des instituts de recherche et des coopératives agricoles de plus de 50 pays; ensemble, ils mettent en commun compétences, ressources et expérience.

Emplacements actuels

En raison de l’agitation en Syrie, l’ICARDA a déplacé son siège à Beyrouth, au Liban, et ses chercheurs ont été relocalisés dans des bureaux régionaux et des stations de recherche en Jordanie, au Liban, en Égypte, au Maroc, en Tunisie, en Turquie et en Éthiopie; ils pourront ainsi poursuivre l’important travail de l’organisme.

La banque de gènes de l’ICARDA, l’une des plus importantes banques de gènes à vocation agricole dans le monde, a été reproduite à de multiples endroits sur la planète par mesure de sécurité.

Le plus récent projet phare de l’ICARDA

En mai 2013, l’ICARDA a lancé le Global Research Partnership (aussi connu sous le nom de Dryland Systems) en vue d’améliorer la productivité et les revenus agricoles dans les régions arides du monde. Dryland Systems réunit des scientifiques, des praticiens du développement, des collectivités agricoles et des investisseurs de partout en Afrique et en Asie. Il met une démarche écosystémique de l’agriculture intégrée à intervenants multiples – la première du genre à l’échelle mondiale – au service de la gestion des ressources des terres arides.

Dryland Systems, explique son directeur, Bill Payne, a pour objectif de mettre au point des combinaisons résilientes, diversifiées et plus productives de cultures, d’élevages, de parcours et de systèmes aquatiques et agroforestiers qui augmentent la productivité, réduisent la faim et la malnutrition et améliorent la qualité de vie des pauvres en milieu rural.

La recherche fournira aux collectivités rurales des régions arides du monde entier des solutions concrètes leur permettant d’améliorer leurs moyens de subsistance et leur sécurité alimentaire. M. Payne précise à ce sujet que les collectivités rurales tireront parti de l’expertise de l’ICARDA et de ses partenaires, qui ont mis au point des interventions éprouvées visant à favoriser la productivité durable, et que l’on peut s’attendre à plus de ce programme de recherche du CGIAR.

Pour en savoir plus sur l’ICARDA, consultez le www.icarda.org, suivez @ICARDA_CGIAR sur Twitter ou devenez membre de sa communauté Facebook.

Pour en savoir plus sur ce projet et sur les autres projets ayant trait à l’agriculture et à la sécurité alimentaire, communiquez avec l’équipe du programme ASA du CRDI à asa@crdi.ca.

Contenu connexe

L’innovation sème l’espoir dans les régions arides