L'huile d'argan du Maroc, première IGP africaine

Image
Division des communications, CRDI
La Commission nationale des signes distinctifs d’origine et de qualité (CNSDOQ) du Maroc a attribué l’appellation IGP (indication géographique protégée) à l’huile d’argan, appréciée depuis longtemps pour ses vertus nutritives, cosmétiques et médicinales. Le roi Mohammed VI a remis au groupe demandeur le document officiel de reconnaissance.
À LIRE ÉGALEMENT

L’arganier, une énigme en voie d’être résolue. Portrait d’une chercheure — Zoubida Charrouf

Les femmes assurent la préservation de l'arganeraie aux portes du Sahara
Malheureusement, en moins d'un siècle, plus du tiers de la forêt a disparu et sa densité moyenne est passée de 100 à 30 arbres par hectare. Pourtant, tous les travaux de recherche montrent que l'arganier n'est pas un fossile en voie de disparition mais, au contraire, un arbre d'avenir pour certaines zones arides.

Le CRDI a versé des fonds aux premières coopératives de traitement de l’huile d’argan du pays, entièrement exploitées par des femmes, ainsi qu’à la chercheure Zoubida Charrouf, qui a entrepris les démarches en vue de faire reconnaître l’huile d’argan par la CNSDOQ.

 
« Ce fut une lutte acharnée… et le CRDI a été à l’origine de tout ce travail formidable », a déclaré Mme Charrouf. 
« C’est notre réussite à tous, et elle est en grande partie attribuable à la confiance que vous faites aux chercheurs. »
 
L’IGP est une appellation réservée qui vient reconnaître la spécificité d’un produit provenant d’une région précise et garantit aux consommateurs que ce dernier répond à des normes rigoureuses. Elle peut également contribuer à protéger des connaissances ancestrales et à favoriser la reconnaissance des droits collectifs des producteurs.
 
Le champagne, l’agneau de Charlevoix et l’asiago, par exemple, sont reconnus par une IGP.
 
L’IGP huile d’argan est la toute première IGP africaine.