L'espoir reprend racine dans les hautes terres d'Afrique

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES

Des récoltes de pomme de terre plus abondantes et de meilleurs revenus en Ouganda. Une lutte contre les ravageurs plus efficace en Éthiopie. Un revenu d’appoint tiré de cultures maraîchères en Tanzanie. La mise sur pied, par les femmes, de banques de semences collectives à Madagascar. Ce ne sont là que quelques exemples des résultats obtenus grâce aux travaux de recherche menés pendant 15 ans dans le cadre de l’African Highlands Initiative dans cinq pays d’Afrique de l’Est, pays où se trouvent la moitié des habitants les plus pauvres, et des points chauds de la faim, de la planète.

À LIRE ÉGALEMENT

Site Web de l'African Highlands Initiative
Initiative donnant aux collectivités les moyens voulus pour renouveler leurs moyens de subsistance et leur milieu ambiant (en anglais)

Étude de cas : le district de Kabale, en Ouganda
L’espoir reprend racine dans les hautes terres d'Afrique
External Review and Impact Assessment of the AHI
Sommaire du rapport d'évaluation
Programme Agriculture et sécurité alimentaire
L’agriculture à petite échelle a un rôle essentiel à jouer pour ce qui est de réduire la pauvreté et d’accroître la sécurité alimentaire en milieu rural et urbain
Bibliothèque numérique du CRDI
Extrants de recherche relatifs à l'African Highlands Initiative  
Si ces réalisations ont été possibles, c’est grâce au recours à la gestion intégrée des ressources naturelles, une démarche qui repose sur la participation des membres de la collectivité.

Les hautes terres d’Afrique de l’Est, densément peuplées, sont caractérisées par une forte croissance démographique, un milieu naturel fragile, le peu de débouchés économiques et des transformations rapides, parmi lesquelles les changements climatiques. La rareté de l’eau, la déforestation, l’érosion des sols, les ravageurs, les maladies et une pauvreté accrue en sont les corollaires.

L’African Highlands Initiative (AHI) a vu le jour en 1995. Il s’agit d’un consortium réunissant des organismes nationaux et internationaux voués à la recherche agricole et au développement, qui s’emploie à freiner la dégradation de l’environnement dans les hautes terres, dont les proportions sont catastrophiques, et à y remédier. Le CRDI a fait oeuvre de pionnier en soutenant l’initiative à ses débuts; aujourd’hui encore, il appuie toujours certaines de ses activités.

Dans la démarche de gestion intégrée des ressources naturelles de l’AHI, les agriculteurs sont les principaux agents de changement; on privilégie les problèmes qu’ils signalent et on travaille avec eux à y trouver des solutions. Kenneth Masuki, du Centre mondial d’agroforesterie, qui héberge l’initiative, est d’avis qu’en procédant ainsi, l’initiative a aidé les agriculteurs de la région à améliorer considérablement leurs moyens de subsistance.

En Tanzanie, par exemple, les cultivateurs de légumes avaient pour priorité de mettre la main sur des semences de meilleure qualité, mais ils se sont rendu compte qu’il serait impossible de bien cultiver des légumes si les sols n’étaient pas protégés, explique M. Masuki. Qu’ont-ils fait ? Ils se sont mis à construire des terrasses en vue de contrer l’érosion et, par le fait même, de préserver les sols et de conserver l’eau.

À Kabale, un district reculé de l’Ouganda, grâce aux télécentres communautaires créés par l’AHI avec le soutien du CRDI, les agriculteurs ont adopté les nouvelles technologies de la communication, en particulier les téléphones mobiles, et s’en servent pour apprendre de meilleures techniques de culture de la pomme de terre et de préservation des sols. En outre, les télécentres permettent aux agriculteurs de connaître les meilleurs prix qu’ils peuvent obtenir pour leurs produits et de trouver les meilleurs marchés où les écouler.

En gagnant plus d’argent, certains agriculteurs ont pu envoyer leurs enfants à l’école, améliorer leur demeure ou se lancer en affaires, d’ajouter M. Masuki. En outre, les agriculteurs comprennent maintenant l’importance d’une bonne gestion des terres.