Les télécentres, moteurs d'évolution des politiques au Mozambique

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES
Imaginez un pays qui ne compte qu’un fournisseur de services Internet et qu’une centaine d’utilisateurs. C’était le cas du Mozambique à la fin des années 1990. Aujourd’hui, en 2010, ce pays est déterminé à se tailler une place dans la société de l’information mondiale. Ce cheminement a débuté il y a dix ans, lorsque le gouvernement a entrepris de mettre sur pied un réseau national de « télécentres » afin que les gens aient accès à des ordinateurs publics.
À LIRE ET À VOIR ÉGALEMENT

Les télécentres au Mozambique — À l'origine, un projet pilote… aujourd’hui partie intégrante des politiques

« Télécentres : de l’idée à la réalité au Mozambique »
Article qui relate la façon dont les télécentres se sont implantés au sein des collectivités

Technologies de l’information et de la communication pour le développement en Afriquevolume 1 et volume 2

 
Ouvrage faisant le survol de la façon dont les télécentres peuvent stimuler le développement des collectivités

Évaluation des télécentres communautaires : Un guide à l’intention des chercheurs

Telecentres, Access, and Development Experience and Lessons from Uganda and South Africa

Le CRDI a financé le tout premier télécentre pilote en 1999, puis la création, avec le concours d’organismes communautaires, d’autres centres en vue de former un grand réseau. Polly Gaster, du centre d’informatique de l’Université Eduardo Mondlane, était chargée du projet. Elle se souvient qu’au tout début, la formation était la grande préoccupation. Chaque organisme désignait une ou deux personnes qui recevaient une formation de base, puis en formaient d’autres. Les gens étaient avides de connaissances; ils avaient saisi que ces nouvelles compétences étaient nécessaires s’ils voulaient trouver un emploi ou poursuivre leurs études.

De nos jours, en plus d’offrir des ressources informatiques, les télécentres accueillent aussi une radio communautaire et sont devenus des centres communautaires multimédia.

Grand promoteur des télécentres, Venâncio Massingue fut pendant longtemps un partenaire du CRDI dans le domaine de la recherche sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) et est maintenant ministre des Sciences et de la Technologie du Mozambique. Il fut l’un des architectes de la politique nationale des TIC, adoptée en 2000; il s’agissait de la première politique du genre en Afrique. Aujourd’hui, l’accès universel aux TIC est l’un des trois piliers de la politique du gouvernement du Mozambique en matière de science et technologie. En effet, la stratégie décennale en matière de science, de technologie et d’innovation fait de la multiplication des centres communautaires multimédia une priorité.

Polly Gaster estime que les télécentres ont en outre un rôle important à jouer dans le débat national en faveur d’une plus grande participation de la société civile à l’élaboration d’une nouvelle politique des TIC, une politique qui prenne en compte l’évolution technologique des dix dernières années, d’une part, et l’évolution du Mozambique, d’autre part. 


L’accès public aux TIC à l’échelle communautaire fait désormais partie des priorités du pays, et ce, en partie grâce à la visibilité et aux résultats qu’ont obtenu dès le début les télécentres.

— Polly Gaster