Les Nigérianes améliorent leur sort grâce aux légumes indigènes

06 juin 2016
Adebooye Odunayo Clement, Olanike Fasilat Deji, Adeolu Babatunde Ayanwale, Oyedele Durodoluwa Joseph et Alao Titus Oluwagbenga

La demande de légumes indigènes frais a connu une augmentation considérable au Nigeria grâce aux travaux d’une équipe composée de chercheurs du Nigeria et du Canada. Des émissions de radio en langue locale ont fait connaître la valeur nutritive des légumes indigènes et les revenus qu’il est possible d’en tirer.  

En 36 mois, les agriculteurs ont formé 22 coopératives de production de légumes indigènes sous-utilisés, qui ont regroupé plus de 1 200 agriculteurs (dont 50 % de femmes). Ces coopératives facilitent l’accès au crédit et aux intrants.

Il ressort de l’analyse économique effectuée par l’équipe de chercheurs que les légumes indigènes rapportent davantage que les légumes plus couramment cultivés. Le revenu annuel des agriculteurs est passé d’environ 2 200 CAD à environ 3 700 CAD.

Les Nigérianes améliorent leur sort grâce aux légumes indigènes (PDF, 610 Ko) 

Il s’agit de l’une des neuf fiches de la collection Recherche et changement, qui présente certaines des incidences que l’on commence à constater dans la foulée des projets qu’a subventionnés en Afrique subsaharienne le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI). Cette fiche a été produite par WRENmedia en mars 2014.