Les femmes, un effectif sur qui il faut compter

Image

L’emploi peut transformer la vie d’une personne et une société tout entière. De nouveaux débouchés d’emploi pour les femmes peuvent accroître leurs aspirations et leur revenu potentiel et améliorer la distribution des ressources dans les familles.

CRDI
Perspective | Croissance pour tous
Les femmes jouent un rôle de plus en plus important dans les économies asiatiques. Pourtant, la plupart travaillent dans le secteur non structuré, où les salaires sont faibles et les protections sociales minimes.

De nombreux programmes ciblent ce que certains considèrent comme le manque de compétences des femmes, afin de mieux les préparer au milieu de travail. Pour plusieurs raisons, elles ne sont pourtant pas capables de participer à ces programmes de formation et d’en profiter. Par exemple, les régions rurales du Pakistan accusent des inégalités entre les sexes parmi les plus importantes au monde en matière d’études et d’emploi. Le gouvernement du Pendjab a élaboré des programmes de formation visant à augmenter l’employabilité des femmes, mais nombreuses sont celles qui ne peuvent en profiter. Dans le cadre du programme de recherche Croissance de l’économie et débouchés économiques des femmes (CEDEF), une initiative soutenue par de multiples bailleurs de fonds que gère le CRDI, les chercheurs étudient les facteurs, comme les normes sociales restrictives et le transport non sécuritaire, qui empêchent les femmes de participer. Cette recherche fera le point sur le coût-efficacité des programmes de formation et ciblera des interventions visant principalement à augmenter les inscriptions.

De même, dans le nord du Bangladesh, les chercheurs évaluent un programme novateur de formation et de placement, afin de voir quelles sont les mesures incitatives qui fonctionnent le mieux pour associer les résidents des régions rurales à des emplois sécuritaires en usine. Lancé il y a quatre ans par une ONG locale, le programme comprend une formation rémunérée, axée sur les compétences, suivie d’un stage dans une fabrique de vêtements. Il encadre et aide les participants dans leur recherche d’un bon emploi. À ce jour, plus de 90 % des participants ont trouvé du travail. Les chercheurs se penchent sur les raisons pour lesquelles certains décrochent et sur les éléments (la rémunération, la formation ou l’encadrement) qui contribuent le plus à la réussite.

Les emplois manufacturiers offrent des salaires plus élevés parmi toutes les économies, mais sont hors d’atteinte pour la plupart des femmes asiatiques. Alors que les femmes en Chine et au Vietnam bénéficient de quelques avancées dans ce secteur, leurs homologues, dans de nombreuses régions de l’Asie du Sud, accusent un retard. L’Institute for Human Development (IHD), établi à New Delhi, chapeaute le South Asian Research Network on Labour (SARNET) qui, par le truchement de rapports ponctuels, assure le suivi et consigne les conditions de travail en Asie du Sud. Son prochain rapport, en 2016, se penchera sur la manière dont la croissance variable de l’emploi dans le secteur manufacturier se veut le reflet de contraintes économiques généralisées sur l’emploi des femmes : au Népal, seulement 4,9 % des travailleuses ont un emploi dans le secteur manufacturier, contre un quart au Sri Lanka, où le commerce du vêtement est florissant.

Outre le secteur manufacturier, quelles sont les industries qui pourraient offrir des emplois bien rémunérés aux femmes de l’Asie du Sud ? Certains seront issus du secteur des services, dit Mme Preet Rustagi de l’IHD, et les femmes auront besoin de nouvelles compétences et de formation pour être compétitives.

Voyez comment les recherches financées par le CRDI contribuent à la création de meilleurs emplois en Asie.

En savoir plus

Preet Rustagi
« Les emplois se trouveront dans le secteur des services [...], avec l’essor des centres commerciaux, à des postes à la caisse. Les nouveaux emplois [...] nécessiteront des compétences de base, un niveau d’étude de base, peutêtre des diplômes et même plus. »

Mme Preet Rustagi de l’IHD à New Delhi.