Les évaluations d’impact en Amérique latine et dans les Caraïbes comme moyen d’influer sur les politiques

Image
Croissance pour tous
documents de travail de CPT
Le programme Croissance pour tous (CPT) du CRDI soutient le renforcement des capacités de recherche en vue de générer et d’utiliser des données probantes qui contribuent éclairer les débats publics et l’élaboration des politiques. Le quatrième document de travail de CPT, intitulé Impact Evaluation for Policy Making: A Close Look at Latin American Countries with Weaker Research Capacities, est maintenant disponible.

Résumé

D’importances avancées sur le plan méthodologique ont été réalisées dans le champ de l’évaluation d’impact en matière de développement international. Les évaluations d’impact peuvent éclairer directement l’élaboration des politiques en cernant précisément les interventions qui sont efficaces et celles qui ne fonctionnent pas. Praticiens du développement, responsables des politiques et chercheurs y recourent d’ailleurs davantage qu’auparavant.

Bien qu’elles s’annoncent prometteuses, les évaluations d’impact suscitent encore certaines questions. Dans certains cas, l’évaluation d’impact est une condition imposée pour l’octroi d’un prêt destinée à financer une intervention particulière, et non le reflet de ce que demandent réellement les responsables des politiques et les gestionnaires de programme. Les évaluations d’impact ne peuvent répondre à toutes les questions, et beaucoup soutiennent que les méthodes les plus rigoureuses d’évaluation d’impact ne peuvent être employées que dans 10 % des programmes de développement. Les évaluations d’impact en disent peu sur les facteurs de réussite des interventions; elles indiquent si une intervention fonctionne ou non, mais ne donnent pas les raisons qui expliquent cette constatation. En outre, le respect des règles d’éthique dans la mise en oeuvre de certains types d’évaluation d’impact soulève de plus en plus d’inquiétude.

Ce document de travail porte sur les récentes pratiques observées en Amérique latine et dans les Caraïbes en matière d’évaluations d’impact et passe en revue plus de 300 évaluations qui ont été réalisées dans 21 pays. Il examine les questions relatives aux politiques qui ont été abordées et les méthodologies utilisées; les intervenants de la recherche et les organismes d’exécution participants; le degré d’engagement du gouvernement par rapport aux cas dans lesquels le principal intervenant d’exécution est une agence de développement; le rôle des bailleurs de fonds et des autres organismes bailleurs de fonds. Des études de cas réalisées au Salvador, en République dominicaine et au Pérou montrent la diversité des pratiques en vigueur, tant au chapitre du rôle joué par les chercheurs locaux que sur le plan de l’utilisation des études dans l’élaboration des politiques.

Le document de travail révèle également certaines des limites propres à la façon dont les évaluations d’impact sont menées à bien. Il arrive souvent que les chercheurs locaux ne soient pas suffisamment pris en compte dans l’élaboration et le déploiement des études; par exemple, nombre d’entre eux participent aux travaux sur le terrain, mais pas à l’analyse des données. Les auteurs avancent que la façon dont les évaluations d’impact sont réalisées influe sur la recherche et les politiques.

 

Auteurs

 

Maria Laura Alzua, Habiba Djebbari et Martin Valdivia examinent la façon dont les évaluations d’impact sont produites et utilisées aux fins de l’élaboration des politiques dans trois pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

 

Télécharger le document de travail 2013/2 de CPT, intitulé Impact Evaluation for Policy Making: A Close Look at Latin American Countries with Weaker Research Capacities

Lire les autres documents de travail de CPT