Les entrepreneurs migrants, des créateurs d’emplois en Afrique du Sud

20 mai 2016

Compte tenu du taux élevé de chômage qui sévit dans le secteur structuré d’une grande partie de l’Afrique, l’économie non structurée est devenue une source essentielle de revenus pour les ménages pauvres des zones urbaines. Bien que les migrants qui se trouvent dans les villes de l’Afrique australe ou qui en proviennent jouent un rôle déterminant au sein du secteur non structuré, les chercheurs et les responsables de politiques sous-estiment souvent leur rôle ou l’ignorent totalement.

Le projet « Entrepreneurs mobiles et croissance partagée en Afrique du Sud, au Mozambique et au Zimbabwe » visait à examiner et à souligner le rôle « caché » des travailleurs migrants dans le secteur non structuré d’un certain nombre de villes de l’Afrique australe. La mise en oeuvre du projet a été réalisée grâce à un nouveau partenariat canado-africain comptant le Southern African Migration Programme et l’African Centre for Cities de l’Université du Cap.

Les constatations issues de la recherche ont aidé à faire la lumière sur les liens de réciprocité qui existent entre la mobilité et l’entrepreneuriat en contexte non structuré à Cape Town, Johannesburg, Maputo et Harare. Elles ont aussi permis de renforcer les capacités de recherche et de réseautage, de réaliser les objectifs de croissance économique et de réduction de la pauvreté des gouvernements de l’Afrique australe, et d’influer sur les processus de mise en application continue de politiques concernant la migration, le développement et la gestion urbaine.

Pour favoriser une croissance inclusive, il est essentiel de permettre aux entrepreneurs migrants de prospérer et de réaliser leur plein potentiel sans avoir à subir le harcèlement et l’exclusion, comme ce fut le cas récemment en Afrique du Sud où l’on a assisté à des manifestations de xénophobie. Les constations du projet viendront alimenter directement les processus d’élaboration des politiques à l’échelle municipale, régionale et nationale.

L’étude a montré que les commerces établis par les immigrants fournissent du travail aux membres de leur famille, aux Sud-Africains et aux non-Sud-Africains. Les Sud-Africains occupent au moins 50 p. 100 de tous les emplois non accordés à des membres de la famille au sein de ces entreprises.

Le projet a permis d’accroître grandement la compréhension de l’importance des entrepreneurs migrants en Afrique du Sud, et de souligner le rôle joué par les commerçants transfrontaliers dans les économies du Zimbabwe et du Mozambique. Les résultats auront d’importantes répercussions, non seulement pour les pays visés, mais aussi pour d’autres pays qui comptent un nombre important d’entrepreneurs migrants.

Pour en savoir davantage

Entrepreneurs mobiles et croissance partagée en Afrique du Sud, au Mozambique et au Zimbabwe

Extrants

SAMP Migration Policy Series No. 70 (en anglais, PDF 726 Ko)

SAMP Migration Policy Series No. 71 (en anglais, PDF, 2,50 Mo)

Mean Streets (en anglais, PDF 2,72 Mo)