Les collectivités progressent lorsque les ordinateurs « parlent leur langue »

Image
Stephen Dale
Des effets durables
L’effondrement de la barrière de la langue permet aux habitants des milieux ruraux de 11 pays d’Asie d’entrer dans l’ère d’Internet. Ils peuvent maintenant accéder à des services gouvernementaux offerts en ligne et présenter leurs demandes d’admission à des collèges sans avoir à s’engager sur le chemin périlleux de la ville. En outre, leurs enfants acquièrent des compétences en informatique qui pourraient leur ouvrir de meilleures perspectives économiques.

Ce ne sont là que quelques exemples des retombées positives de PAN Localization (ou PANL10n) pour des millions de personnes en Asie. En effet, depuis 2003, ce réseau d’experts en informatique financé par le CRDI travaille à l’élaboration de nouvelles technologies permettant aux ordinateurs de fonctionner dans des langues locales.

La faible utilisation d’Internet en Asie ne relève pas d’un manque d’enthousiasme, affirme Sarmad Hussain, coordonnateur du réseau PAN Localization et professeur à l’University of Engineering and Technology de Lahore, au Pakistan. En fait, on a constaté lors de démonstrations en milieu rural que l’idée d’utiliser un ordinateur est très bien accueillie et que les gens sont emballés à la perspective que cette technologie puisse leur donner accès à une foule de choses auxquelles ils n’ont pas accès en ce moment, précise-t-il.

Des langues et des écritures différentes

Jusqu’à tout récemment, la langue constituait un obstacle majeur à une utilisation plus répandue de l’ordinateur et d’Internet. Étant donné que l’on parle 3 500 langues différentes en Asie-Pacifique et que seulement 10 % de la population peut communiquer en anglais, l’utilisation d’Internet était essentiellement un phénomène urbain.

En s’intéressant à l’obstacle de la langue, PAN Localization adoptait une approche stratégique qui, selon Maria Ng, administratrice de programme principale au CRDI, lui a permis d’aplanir la fracture numérique en Asie en s’y attaquant à la racine. Le réseau a mobilisé des ingénieurs en logiciel, des linguistes et des sociologies hautement qualifiés; ces derniers travaillent de concert afin de surmonter les importants obstacles techniques qui empêchent la compatibilité informatique des écritures locales et ainsi encourager l’utilisation de l’ordinateur.

Chaque langue présente des difficultés différentes en fait de compatibilité informatique. Par conséquent, chacune requiert une solution qui lui est propre et c’est en cela que réside le réel défi, explique M. Hussain.

Des citoyens branchés

On peut maintenant constater l’incidence de PAN Localization, aussi bien dans les petites collectivités qu’au chapitre des politiques publiques. Dans le Népal rural, des logiciels qui reconnaissent le népali permettent aux gens d’utiliser des programmes comme Skype pour communiquer avec des membres de leur famille qui ont quitté la région dans le but de trouver du travail. Dans les régions rurales du Cambodge, des applications qui permettent de connaître le prix des produits agricoles sur les marchés ou d’obtenir des nouvelles des collectivités voisines sont très appréciées.

On assiste également à des initiatives prometteuses de la part des gouvernements. Au Bhoutan, par exemple, le gouvernement a mis en oeuvre un système permettant aux citoyens des régions rurales de remplir en ligne des formulaires officiels rédigés en dzongkha.

M. Hussain ajoute que la possibilité d’utiliser les ordinateurs dans des langues locales a suscité, au Pakistan, un mouvement pour l’apprentissage de l’informatique à un jeune âge, alors qu’on enseigne encore aux élèves dans leur langue maternelle (à partir d’un certain âge, l’enseignement se fait en anglais). Il estime que cet apprentissage précoce présente des avantages sur le plan social, car le savoir-faire informatique améliore les perspectives économiques et favorise l’innovation.

Stephen Dale est rédacteur à Ottawa.

Photo de droite : CRDI/Nancy Lessard

Cet article fait partie des récits Des effets durables, qui mettent en évidence des façons dont les travaux financés par le CRDI ont amélioré les conditions de vie dans les pays en développement.

Liens
PAN Localization (en anglais)

 
Les pays du réseau PAN Localization
et leurs langues

Afghanistan
Bangladesh
Bhoutan
Cambodge
Chine
Indonésie
Laos
Mongolie
Népal
Pakistan
Sri Lanka
—    pachtou
—    bengali
—    dzongkha
—    Khmer
—    tibétain
—    bahasa indonesia
—    laotien
—    mongol
—    népalais
—    ourdou, sindhi, torwali
—    singhalais, tamoul