Le quatrième Symposium mondial sur la recherche sur les systèmes de santé présente des recherches novatrices visant à améliorer la santé des mères et des enfants en Afrique

December 23, 2016

Image
Sue Szabo et Karina Gould pendant la conférence HSR2016 à Vancouver, CB

CRDI / Louise Guenette

Sue Szabo et Karina Gould au quatrième Symposium mondial sur la recherche sur les systèmes de santé 2016

Dans les pays en développement, ce sont les femmes et les enfants qui souffrent le plus des bouleversements et des tensions touchant les systèmes de santé. Au Soudan du Sud, un pays ravagé par les conflits, l’infrastructure limitée, le manque d’information sur la santé et d’importantes pénuries de personnel de la santé comptent parmi les causes des taux élevés de mortalité maternelle et infantile. Les flambées de maladies infectieuses et d’épidémies ont des conséquences similaires : les conséquences de la maladie à virus Ebola sur la santé des mères et des enfants d’Afrique de l’Ouest en sont un exemple.

Il s’agit là de certains des sujets abordés lors des discussions dirigées par des chercheurs de l’initiative Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique (ISMEA) dans le cadre du quatrième Symposium mondial sur la recherche sur les systèmes de santé qui a eu lieu à Vancouver, du 14 au 18 novembre 2016.

 ISMEA, une initiative de 36 millions CAD financée par Affaires mondiales Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), vise à trouver des solutions pratiques aux défis liés aux systèmes de santé en produisant de nouvelles connaissances sur le processus d’intervention, sur ceux qui en font l’objet et sur les conditions y afférentes. Dix­neuf équipes de recherche composées de chercheurs d’Afrique et du Canada se penchent sur la mise en oeuvre des interventions et cherchent à déterminer comment les faire passer à grande échelle pour  favoriser l’équité en matière de santé pour les femmes et les enfants de dix pays d’Afrique.

Un groupe d’experts se concentre sur les occasions et les défis quant à l’amélioration de la santé des mères et des enfants en Afrique

Le groupe composé de cinq chercheurs a partagé les conclusions des projets de recherche visant à mettre en oeuvre des solutions novatrices pour améliorer la santé des mères et des enfants en Afrique. Ces solutions touchent divers aspects des systèmes de santé, notamment les modèles d’entreprise sociale et communautaire pour améliorer la protection en matière de santé des mères et des enfants, les interventions à faible coût, la formation visant l’amélioration de la santé des mères et des enfants dans les établissements de santé et l’évaluation des modèles de financement de la santé pour appuyer les politiques en matière de santé.

Le groupe d’experts a tenu une discussion fructueuse sur la nécessité de mieux comprendre les systèmes de santé uniques d’Afrique. Les cinq présentations ont mis en évidence les innovations en matière d’intervention et ont démontré l’importance de mobiliser les décideurs pendant tout le cycle du projet, de sa conception à sa mise en oeuvre. La participation d’un « décideur », c.­à­d. un responsable local ou national des politiques en matière de santé, au sein de chaque équipe de recherche qui favorise l’utilisation des résultats de recherche et des données probantes est une caractéristique propre aux équipes de recherche de l’initiative ISMEA.

Les chercheurs de ce groupe d’experts ont fait les présentations suivantes :

Former des chefs de file des systèmes de santé

L’un des principaux objectifs de l’initiative ISMEA consiste à former une cohorte de jeunes chercheurs appelés à devenir des chefs de file en matière de recherche sur les systèmes de santé. Dans ses commentaires liés au symposium, le président des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), M. Alain Beaudet, a souligné la nécessité de continuer à renforcer la capacité de recherche pour faciliter l’établissement d’un réseau de chercheurs aguerris en matière de système de santé et d’économie de la santé, en plus de nous concentrer sur les sciences de la mise en oeuvre et de la prestation.

Voici un exemple du succès des efforts déployés dans le cadre de l’initiative ISMEA en vue de former des chefs de file des systèmes de santé : Virgil Lokossou de l’Organisation ouest­africaine de la santé a été nommé meilleur blogueur sous le thème « Améliorer la résilience des systèmes de santé : amortir les chocs et préserver les gains dans tous les contextes ». L’Organisation ouest­africaine de la santé est l’un des deux organismes de politiques et recherche en matière de santé (un en Afrique de l’Est et l’autre en Afrique de l’Ouest) ayant comme mandat de favoriser l’utilisation des résultats de recherches menées dans le cadre de l’initiative ISMEA pour influencer les politiques et pratiques nationales et régionales de pays ciblés.

M. Lokossou et deux autres chercheurs de l’initiative ISMEA, Emmanuel Ochola de l’hôpital St Mary’s Lacor, en Ouganda, et Ermel Johnson de l’Organisation ouest­africaine de la santé ont été retenus pour la cohorte de « HSG Speaks ». Ils ont fait des reportages en direct durant les activités du symposium en présentant les messages clés, et ont formulé des points de vue sur place par différents moyens (blogues, entretiens, films et médias sociaux).

Des blogues portant sur la recherche sur les systèmes de santé

Des billets de blogue faisant partie de la série intitulée « Des systèmes de santé résilients et adaptés aux besoins d’un monde en évolution », rédigés par des chercheurs de l’initiative ISMEA, ont été publiés sur le site Web du Huffington Post :

Ces blogues présentent des interventions uniques dans le cadre de l’initiative ISMEA qui démontrent la nécessité d’adopter une optique des systèmes de santé, de nous pencher sur les questions liées aux politiques sur la santé des mères et des enfants et de nous rappeler que les systèmes de santé visent à aider les gens et à améliorer les conditions de vie.