Le CRDI fournit des données probantes au Groupe de réflexion de l’ONU sur l’autonomisation des femmes

15 septembre 2016
Image
Une femme africaine dans le magasin

Arne Hoel / Banque mondiale

Le programme Croissance de l’économie et débouchés économiques des femmes (CEDEF) du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) joue un rôle important au sein du tout premier Groupe de réflexion de haut niveau de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur l’autonomisation économique des femmes, créé en janvier 2016. Il a organisé trois consultations qui seront intégrées au premier rapport que le Groupe présentera le 22 septembre 2016. 

Le CEDEF a regroupé et résumé des données probantes sur la façon de favoriser avec efficacité l’entrepreneuriat chez les femmes, d’améliorer la productivité des entreprises appartenant à des femmes et d’aborder le rôle des femmes dans l’« économie des soins » (soins des enfants, des personnes âgées et des malades). Deux consultations sur l’économie des soins menées en collaboration avec les partenaires du CEDEF, l’Oxfam et l’Institute of Development Studies, ont indiqué que nous sommes sur le point de connaître une crise dans le domaine des soins. Afin de prévenir une telle situation, la prestation de soins doit être reconnue comme une activité spécialisée qui contribue au développement, et l’équipement permettant d’économiser du temps et de la main-d’oeuvre doit être amélioré afin de réduire le fardeau et d’accroître la qualité des soins.

Des leçons clés ont également été tirées des consultations sur l’entrepreneuriat. En plus des difficultés auxquelles font face tous les entrepreneurs, les femmes se heurtent à des obstacles supplémentaires en raison de la discrimination fondée sur le sexe, notamment à un fardeau inéquitable en matière de soins, à un manque de protection juridique et à des normes socioculturelles restrictives. Ces contraintes limitent leurs choix en matière de prêt et d’emprunt et nuisent à leurs perspectives de croissance. Cependant, les réseaux de femmes, comme les associations professionnelles, et une combinaison d’interventions (de la formation à l’utilisation des technologies) peuvent aider les femmes entrepreneures.

La bénéficiaire d’une subvention du CRDI, Elizabeth Vazquez, présidente-directrice générale de WEConnect International, est l’une des 20 membres de ce groupe de l’ONU qui représente le gouvernement, le secteur privé, le milieu universitaire et les organisations multilatérales. Le Groupe de réflexion formulera des recommandations axées sur l’action à l’intention des gouvernements, des entreprises, des sociétés civiles et des partenaires en développement afin qu’ils travaillent ensemble à améliorer les résultats économiques des femmes et des jeunes filles.

En savoir plus sur les données probantes du CEDEF sur l’autonomisation économique des femmes. 

Lire le rapport : Améliorer la productivité des entreprises appartenant à des femmes.

Visiter le site Web du Groupe de réflexion de haut niveau des Nations Unies sur l’autonomisation économique des femmes.