Le CRDI accueille la conférence annuelle de l’association des Science Writers and Communicators of Canada

September 20, 2017

Image
Les participants de la conférence échangent des idées sur la mobilisation des connaissances et sur les meilleures façons de présenter des résultats de recherche.

CRDI / Liane Cerminara

Les participants de la conférence échangent des idées sur la mobilisation des connaissances et sur les meilleures façons de présenter des résultats de recherche.

Les discussions sur les données ouvertes, les baisses budgétaires, et les présentations techniques détaillées ont attiré une foule de participants à la conférence de l’association des Science Writers and Communicators of Canada (SWCC) de cette année qui s’est tenue à guichet fermé à Ottawa, au siège du CRDI, hôte de l’événement du 13 au 16 septembre.

Le thème de cette année, The People behind the Story (Les acteurs en coulisses), s’est penché sur les rôles changeants des journalistes, des communicateurs, des scientifiques, des artistes, des mobilisateurs de connaissances et des traducteurs, et sur la façon dont ils peuvent collaborer pour promouvoir la culture scientifique et démontrer la valeur de la science.

Le président du CRDI, Jean Lebel, a accueilli le plus grand public que la conférence ait jamais rassemblé, avec plus de 150 journalistes et communicateurs. Ils sont venus pour découvrir les nouvelles tendances des médias sociaux, du journalisme et des communications, et participer à des débats d’experts et à des ateliers pour apprendre à exploiter au maximum les vidéos, les photographies et les balados.

Marie Lambert-Chan, rédactrice en chef de Québec Science, Scott Hannant, ancien chef de production et chef des nouvelles de CTV/CJOH à Ottawa, et Elizabeth Payne, journaliste primée et auteure d’articles sur la santé et la science pour le quotidien Ottawa Citizen, ont ouvert la conférence en lançant une discussion sur l’évolution de l’environnement médiatique, et les possibles contributions des spécialistes de RP et des communicateurs.

Les experts ont discuté des baisses budgétaires et de la nouvelle norme d’exploration de modèles de financement différents pour le journalisme de qualité. Même si le Fonds du Canada pour les périodiques accorde une aide financière aux magazines et aux journaux non quotidiens imprimés au Canada pour qu’ils surmontent les difficultés du marché, Mme Lambert-Chan insiste sur le fait qu’il faut du contenu subventionné — qui ne compromet surtout pas l’intégrité journalistique — pour assurer la survie de nombreux petits magazines et journaux. « Les rédacteurs en chef se comportent de plus en plus comme des entrepreneurs à la recherche de perspectives commerciales », a-t-elle déclaré.

Les participants de la conférence ont pu également assister au débat d’un groupe d’experts remarquables sur l’Examen du soutien fédéral à la science fondamentale (le rapport Naylor). Bien que le milieu approuve ses recommandations, le rapport suscite peu d’intérêt en dehors du monde de la recherche. Ivan Semeniuk, journaliste scientifique au quotidien The Globe and Mail, Jeremy Kerr, titulaire d’une chaire de recherche universitaire en macroécologie et biologie de la conservation à l’Université d’Ottawa, et Martha Crago, vice-principale à la recherche et à l’innovation de l’Université McGill, ont discuté des difficultés et des occasions que soulève la présentation du rapport à divers publics.

L’apprentissage informel et la possibilité de trouver le prochain grand reportage scientifique étaient au cœur des discussions au Café du monde du CRDI. Sur le format des rencontres express, huit experts du CRDI ont présenté aux groupes de participants qui se succédaient devant eux, des exposés de trois minutes sur de nombreux et divers sujets, comme l’utilisation d’insectes comme nouvelle source durable d’alimentation animale, ou encore l’utilisation de la technologie mobile pour améliorer l’accès aux soins de santé.

Le soir, des occasions de réseautage et une bonne dose de divertissements étaient aussi au programme, de même que des activités sociales en fin de semaine (dîners, jeux de société, visites du Parlement, des Canadian Space Services, et du Musée Diefenbunker).

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les séances et pour consulter les biographies des conférenciers, veuillez consulter le programme de la conférence (PDF en anglais, 3,8 Ko).

Cette année, les billets de la conférence de l’association des SWCC se sont tous vendus en moins de trois semaines. Pour éviter toute déception, consultez régulièrement la page de la conférence de l’association des SWCC de 2018, qui doit avoir lieu à Vancouver.

During the IDRC World Café, IDRC Program Management Officer Laura Husak reveals how her research in Cambodia helps families increase their nutritional intake while also raising their income.

Lors des discussions au Café du monde du CRDI, l’agente de gestion de programmes du CRDI, Laura Husak montre comment sa recherche au Cambodge permet d’augmenter l’apport nutritionnel et les revenus des familles.

The Globe and Mail journalist Ivan Semeniuk explains his point of view about the findings of the Naylor report and the opportunities and challenges of translating it for various audiences.

Le journaliste du quotidien The Globe and Mail, Ivan Semeniuk, présente son point de vue sur les résultats du rapport Naylor ainsi que les difficultés et les occasions que soulève sa présentation à divers publics.

CBC Senior Reporter Alison Crawford and Henry Siu, professor of economics at the University of British Columbia, discuss how digitization and automation changes labour relations and the very nature of work.

Alison Crawford, grande reportrice pour CBC, et Henry Siu, professeur d’économie à l’Université de la Colombie-Britannique, discutent des changements qu’entraînent la numérisation et l’automatisation sur le plan des relations de travail, et de la nature même du travail.