L’action du CRDI L’adaptation aux changements climatiques

Image
Division des communications, CRDI
De nouvelles connaissances pour un avenir incertain

Bien avant que l’expression « réchauffement de la planète » ne fasse la manchette, le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), organisme canadien, finançait des recherches sur les changements climatiques.

Flickr /YUPA

Alliance pour l'apprentissage

Le CRDI appuie aussi l’Initiative de recherche internationale sur l'adaptation aux changements climatiques (IRIACC), à laquelle collaborent des chercheurs canadiens et des chercheurs de pays en développement. Réunis au sein d’équipes interdisciplinaires — et de concert avec un vaste éventail d’organismes partenaires —, ils s’attaquent à cinq problèmes urgents d’adaptation en Afrique, en Asie et dans les Amériques, notamment au Canada :

  • la relation entre la répartition des ressources en eau, la variabilité du climat et les risques pour la santé, de maladies à transmission vectorielle notamment, en Afrique de l’Ouest et au Canada;
  • les difficultés que connaissent les mégapoles situées dans des deltas fluviaux — en particulier Bangkok, Lagos, Manille et Vancouver — aux prises avec des changements tels que l’élévation du niveau des océans;
  • la vulnérabilité des collectivités agricoles et autochtones face aux phénomènes climatiques extrêmes, en Argentine, au Brésil, au Chili, en Colombie et au Canada;
  • l’application des connaissances scientifiques et autochtones pour autonomiser les populations autochtones — les Pygmées en Ouganda, les Shipibo et les Shawi au Pérou et les Inuits au Canada — afin qu’elles puissent s’adapter aux effets des changements climatiques sur la santé;
  • les effets de l’élévation du niveau des océans, de l’érosion des côtes et des tempêtes dans les petits États insulaires aux terres basses des Antilles de même que dans les collectivités côtières du Canada atlantique.
Gérée par le CRDI, l’initiative est un partenariat financé conjointement par le CRDI et les trois grands organismes de financement de la recherche du Canada, soit les Instituts de recherche en santé du Canada, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et le Conseil de recherches en sciences humaines.

Pour plus d’information sur l’IRIACC, consulter les pages Web du CRDI à www.crdi.ca/iriacc_f ou adresser un courriel à iriacc@crdi.ca.

Le Centre a vite constaté que le réchauffement du climat menace tant le milieu physique que le développement humain. Les populations pauvres et marginalisées doivent porter le gros du fardeau des incidences des changements climatiques, notamment la désertification, l’érosion et l’élévation du niveau des océans.

On comprend bien les causes des changements climatiques, mais on a mené relativement peu de recherches sur la façon de s’y adapter. Il faut définir les meilleures stratégies pour protéger les personnes et les collectivités vulnérables et leurs moyens de subsistance et il faut posséder les connaissances nécessaires pour aider les gens à faire face aux crises environnementales.

Depuis plusieurs années, le CRDI finance des recherches et renforce des établissements locaux afin que le monde puisse mieux affronter un avenir incertain. Voici des exemples de ce qu’il fait pour aider les pays en développement à s’adapter aux changements climatiques. 

Stratégies efficaces, solutions durables

En Afrique, la pauvreté généralisée, la fragilité des écosystèmes, la faiblesse des institutions et d’autres problèmes exacerbent les effets des changements climatiques. La sécurité alimentaire et hydrique, les moyens de subsistance, le logement et la santé de millions de personnes sont en péril.

En 2006, le CRDI s’est associé au Department for International Development du Royaume-Uni pour lancer un programme ambitieux et novateur mené sur six ans, Adaptation aux changements climatiques en Afrique (ACCA), qui, de 2006 à 2011, a financé 46 projets dans 33 pays du continent.

Le programme a cherché à étoffer l’expertise africaine en matière d’adaptation aux changements climatiques. Il a aidé à réduire la vulnérabilité du continent aux changements en cours en mobilisant les collectivités, en éclairant les politiques grâce à des recherches de grande qualité et en renforçant les capacités des scientifiques, des décideurs et des organismes africains en matière d’adaptation.

Le programme met en rapport des scientifiques et des collectivités vulnérables dans une démarche d’apprentissage par la pratique appelée « recherche-action » : toutes les parties mettent à l’épreuve les connaissances autochtones — ce que les gens savent et utilisent déjà — et les idées nouvelles, puis transfèrent ensuite les compétences aux personnes qui les utiliseront à long terme. Il en résulte des stratégies efficaces et des solutions durables.

On a mené à bien des recherches sur les priorités les plus urgentes du continent en matière d’adaptation, par exemple l’agriculture et les moyens de subsistance en milieu rural, l’eau, la santé, ainsi que l’adaptation en milieu urbain et en milieu côtier.

On a réuni des résultats sur les politiques de pêche en Afrique de l’Ouest, la pauvreté dans les forêts du bassin du Congo, la gestion des risques climatiques et les prévisions météorologiques traditionnelles au Kenya, la demande d’eau et l’approvisionnement en eau dans la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud, l’agriculture à petite échelle au Zimbabwe, la gestion du littoral au Maroc et la prévision du paludisme dans les hautes terres d’Afrique de l’Est.

Le programme a aidé les Africains à élaborer des politiques et des plans plus éclairés et plus efficaces pour contrer les menaces posées par les changements climatiques. Ses réalisations ont inspiré la création de nouvelles activités de recherche financées par le CRDI en Afrique, au Canada et ailleurs.

D’ici la fin du programme, on s’emploiera à diffuser les résultats et à faire en sorte que les décideurs, les scientifiques et les collectivités locales d’Afrique les mettent en application. On cédera aussi la responsabilité de certaines activités à des établissements africains solidement établis, qui poursuivront les travaux.

Pour en savoir plus sur le programme ACCA, consulter ses pages Web à ici.

Mise à profit d'une réussite

Le programme quinquennal Changements climatiques et eau (CCE) du CRDI s’appuie sur les dizaines d’années d’expérience acquises par le Centre dans la recherche sur la gestion de l’eau. Son but : favoriser l’adaptation face à des problèmes tels que les inondations, les maladies d’origine hydrique et la rareté de l’eau. Le programme explore aussi le rôle de l’innovation, par exemple la façon dont les technologies de l’information et de la communication peuvent appuyer l’adaptation aux changements climatiques.

Ce programme est de portée mondiale, mais le travail en Afrique est axé sur les nouveaux centres africains de recherche sur l’adaptation, qui s’inspirent des enseignements tirés du programme ACCA. Grâce au financement du gouvernement du Canada, le CRDI subventionne au moins six universités et centres de recherche africains qui étudient l’adaptation aux changements climatiques.

On veut ainsi accroître la capacité de ces établissements de fournir des conseils et des expertises scientifiques en temps utile pour favoriser la prise de décisions éclairées en matière de politiques et des investissements bien ciblés en ce qui concerne l’adaptation. On veut aussi financer la production de données scientifiques probantes au sujet de l’adaptation (y compris des analyses économiques fouillées) et renforcer ces centres afin qu’ils puissent dialoguer de façon efficace avec les gouvernements africains.

L’initiative veut s’assurer, par exemple, que les chercheurs et les étudiants prometteurs demeurent dans leur pays d’origine et que les scientifiques africains travaillant à l’étranger reviennent sur le continent pour y mener des recherches rigoureuses.

Parmi les sujets d’étude probables, il y a les liens entre, d’une part, les effets des changements climatiques et, d’autre part, la gestion des ressources en eau, l’agriculture et la sécurité alimentaire, la gestion des ressources transfrontalières et la vulnérabilité des villes.

L’initiative prévoit aussi augmenter la capacité des établissements de recherche africains de suivre et d’évaluer les projets d’adaptation, d’adopter une démarche transdisciplinaire en matière de recherche et de contribuer à l’élaboration et à l’exécution de programmes d’action nationaux aux fins de l’adaptation.

Suivi de l'évolution de la situation

Les changements climatiques se font déjà sentir, et le CRDI continuera de chercher des moyens d’y faire face. Outre la gestion de ces activités menées en partenariat, le CRDI subventionne des recherches sur l’adaptation dans le cadre de sa programmation.