La téléphonie mobile améliore le sort des petits agriculteurs au Kenya

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES
Au Kenya, les petits agriculteurs disposent d’un nouvel outil pour se sortir de la pauvreté et mettre un terme au recul de la productivité : le téléphone mobile.

Bien qu’assurant 70 % de la production agricole du Kenya, les familles cultivant des terres de moins de un acre comptent parmi les plus pauvres du pays. Exploitées par des intermédiaires sans scrupules, elles obtiennent pour leurs produits un prix nettement inférieur au prix du marché.

À LIRE ÉGALEMENT
 
Un projet baptisé DrumNet au Kenya devient une source d’espoir pour des producteurs agricoles traditionnellement exploités par des intermédiaires et des revendeurs
 
Bibliothèque numérque du CRDI
Extrants de recherche relatifs à DrumNet

Le CRDI au Kenya
Depuis 1975, le CRDI appuie généreusement les activités de recherche d’universités, d’instituts de recherche, de ministères et d’ONG du Kenya

DrumNet, un ambitieux projet soutenu par le CRDI, contribue à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs en leur permettant d’accroître leur productivité et d’obtenir un meilleur prix en vendant directement aux marchés et aux consommateurs (c’est-à-dire en se passant d’intermédiaire). Cela a aussi pour résultat ultime d’augmenter l’efficacité du secteur agricole du pays.

DrumNet fournit aux agriculteurs un outil combien essentiel : l’information. Quelles cultures sont le plus en demande ? Quel est le juste prix sur le marché au jour le jour ? Quelles règles régissent le lucratif marché européen ? Et ce n’est pas tout. Grâce au réseau mondial de téléphonie mobile (GSM), DrumNet offre un bouquet de services, dont l’octroi de crédit associé à la vulgarisation agricole et à des services de mise en marché.

C’est au moyen de tambours que se transmettait l’information en Afrique; on assiste aujourd’hui au passage de ce mode traditionnel aux technologies de pointe, explique Edith Adera, spécialiste de programme principale au CRDI, établie au Kenya.

Les agriculteurs participants se branchent au réseau DrumNet au moyen de téléphones mobiles, les chercheurs ayant jugé qu’un réseau reposant sur des ordinateurs aurait été trop coûteux, trop lent et trop peu fiable. Il existe aussi des kiosques DrumNet tenus par des « courtiers en information », qui recueillent et diffusent l’information et s’occupent de transactions d’achat et de vente, et ce, à un coût modeste pour les agriculteurs.