La technologie offre de nouvelles possibilités aux femmes

Image
Tim Brown
Dans les pays en développement, un grand nombre de personnes profitent des avantages des nouvelles technologies.
 
En Afrique, l’utilisation du téléphone mobile et d’Internet augmente à un rythme deux fois plus rapide que partout ailleurs. Même Facebook est de plus en plus facilement accessible : ce site de réseautage social a annoncé récemment qu’il offrait des services gratuits aux utilisateurs de téléphones mobiles de l’Inde et d’autres pays où la lenteur des connexions Internet disponibles et les revenus peu élevés dissuadent les utilisateurs potentiels.
 
À LIRE ÉGALEMENT

IT for Change
codirigée par Anita Gurumurthy

Toutefois, au dire d’Anita Gurumurthy, chercheure en technologies de l’information et de la communication (TIC), il ne s’agit pas d’une simple question de fossé numérique à combler.

 
À son avis, il s’agit en fait d’exploiter les possibilités des TIC non seulement en tant qu’outils de communication, mais également comme leviers de changement social. Elle soutient que les TIC aident les femmes des sociétés traditionnellement dominées par les hommes à devenir plus autonomes.
 
Lorsque les dalits [ou intouchables, en Asie du Sud] apprennent à utiliser le téléphone mobile, l’équilibre se rétablit aussitôt, indique Mme Gurumurthy. Et si les interventions sont menées de façon appropriée — le but n’étant pas de déclencher une révolution —, elles peuvent entraîner des changements positifs.
 
Les TIC, un outil puissant

Mme Gurumuthy, qui est bénéficiaire d’une subvention du CRDI, est codirectrice d’un réseau de recherche qui se consacre à l’étude des liens existant entre les TIC et les droits des femmes en tant que citoyennes.

Ces dernières années, diverses lois internationales ont été adoptées dans le but de garantir l’égalité des femmes. Pourtant, dans certains pays, les femmes continuent d’être victimes de lois et de pratiques injustes. Et même là où les droits des femmes sont reconnus et servent de fondement à des lois nationales, de nombreuses femmes n’ont pas la liberté ni les moyens de les revendiquer.

Heureusement, les TIC ont permis aux femmes d’avoir accès à des sources d’information, à des marchés et à des réseaux dont elles étaient traditionnellement exclues. Les autorités gouvernementales et les valeurs culturelles peuvent faire en sorte de restreindre les possibilités qu’ont les femmes de se faire entendre dans la sphère publique, mais la blogosphère est plus difficile à contrôler. Il ne faut cependant pas conclure que les TIC sont une panacée, car la technologie peut aussi servir à museler les citoyens, notamment en facilitant la surveillance et la censure étatiques.

Il s’agit d’un champ de recherche à la fine pointe parce que la technologie est vraiment nouvelle, selon Laurent Elder, du programme Pan Asie du CRDI. Les problèmes auxquels on s’attaque sont complexes, car ils nécessitent que l’on se penche sur plusieurs sujets, dont les inégalités entre les sexes et le déficit en matière de démocratie, puis que l’on mette en place une technologie et que l’on examine ensuite comment celle-ci peut apporter des solutions.

Sortir des sentiers battus

D’après Anita Gurumurthy, les droits des femmes en tant que citoyennes fournissent des pistes essentielles pour explorer ces questions complexes. Ainsi, les chercheurs s’attachent à déterminer dans quelle mesure les téléphones mobiles permettent aux femmes d’avoir accès à des sources d’information publique et de militer. Ils examinent également comment évoluent les relations sociales qui sont établies en ligne. Ils cherchent en outre à déterminer s’il est possible de créer un espace en ligne sécuritaire, à l’abri du forage de données.

Les chercheurs feront des suggestions aux responsables des politiques qui aspirent à trouver la meilleure façon d’utiliser les TIC pour favoriser l’autonomie des femmes.

La notion de citoyenneté, estime Anita Gurumurthy, permet d’examiner d’un oeil critique le phénomène du numérique, et ce, sous plusieurs angles, plutôt que du seul point de vue de ce qui se produit lorsqu’on donne un téléphone mobile aux femmes.

À son avis, le fait d’oeuvrer au sein d’une société en pleine mutation rend nécessaire de sortir des sentiers battus.

Tim Brown est rédacteur à Ottawa