À la suite de la parution d’un rapport sur les subventions aux carburants, le Ghana prend des mesures pour réduire la pauvreté

07 juin 2016
Image
A Senegalese boy standing behind a car tire

Scott Wallace / The World Bank

John Cockburn

La protection sociale par le truchement de transferts en espèces peut-elle aider le Ghana à réduire l’écart grandissant que ses subventions aux carburants ont contribué à créer entre les riches et les pauvres ?  

Une récente étude sur les subventions aux carburants au Ghana a confirmé que l’aide du gouvernement profite, dans une mesure disproportionnée, aux mieux nantis. Le rapport du Partenariat pour les politiques économiques (PEP) et d’UNICEF-Ghana montre que les groupes les plus riches du pays bénéficient de 80 % des subventions aux carburants, tandis que les plus pauvres, eux, ne touchent que 3 % du produit généré. Il s’agit de la première étude à examiner les répercussions des subventions aux carburants du Ghana.

Par ailleurs, le rapport indique que la suppression des subventions aux carburants entraînera une augmentation de 1,5 % de la pauvreté. Cela signifie 395 000 personnes de plus vivant dans la pauvreté, dont une grande majorité de ménages comptant des enfants.

L’étude visait à déterminer si un renforcement de la protection sociale permettrait d’atténuer ces répercussions négatives. Elle montre comment le Ghana, en doublant le budget de son programme national de transferts en espèces, le LEAP, de manière à ce que ce dernier couvre 150 000 ménages en 2014, pourrait renverser complètement l’augmentation de la pauvreté à l’échelle de sa population et réduire la pauvreté. En réponse à ses constatations, le gouvernement du Ghana s’est engagé à doubler le budget du LEAP pour qu’il puisse couvrir 150 000 ménages. Il envisage même d’en tripler le budget initial. 

L’expérience montre qu’en procédant à des compressions budgétaires, en agissant au moment opportun, en menant des campagnes de communication subtiles, en établissant des partenariats bien pensés et en obtenant des estimations rapides étayées par une analyse rigoureuse et une assistance technique, il est possible de délaisser les subventions aux carburants et d’effectuer la transition sans provoquer de conflits.

En savoir plus sur le PEP (en anglais)

En savoir plus sur la collaboration croissante entre l’UNICEF et le PEP :

Étude du PEP et de l’UNICEF sur le bien-être des enfants dans les pays en développement (PDF, 73,24 Ko) (en anglais) 

Le PEP établit un partenariat avec l’UNICEF en vue de soutenir ses travaux visant une réforme des politiques sociales et de la protection sociale dans la région MOAN (en anglais)