La planification inclusive : un moyen d’améliorer les services d’approvisionnement en eau

Image

Des résidents de Cuarto V, à Alem, un quartier de Moreno, en Argentine, se servent du diagnostic participatif pour cerner les problèmes environnementaux prioritaires.

Mary O'Neill
<a href="/FR/Programs/Climate-Change/Pages/ArticleDetails.aspx?PublicationID=1150"> PERSPECTIVES | CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET EAU </a>
En périphérie de Buenos Aires se trouve Moreno, une municipalité en pleine expansion. En effet, la croissance industrielle qui s’y est opérée depuis les années 1940 a généré un afflux rapide d’immigrants en provenance des zones rurales, faisant ainsi passer la population de Moreno à plus de 450 000 habitants. Aujourd’hui, elle est l’une des villes les plus pauvres du Grand Buenos Aires, mais aussi l’une de celles qui connaissent la plus forte croissance.

Les établissements spontanés de Moreno ont vu le jour sans qu’aucune réglementation ni infrastructure ne soit mise en place. Ils sont donc très vulnérables aux conditions environnementales telles que les changements climatiques, qui accentueront les pressions déjà exercées sur le logement et l’approvisionnement en eau et aggraveront probablement la pauvreté. En 2005, 40 % seulement des ménages de Moreno avaient l’eau courante et seulement 16 % étaient raccordés à un réseau d’égout.

Une meilleure gestion de l’approvisionnement en eau

De 2006 à 2009, grâce à des travaux de recherche-action menés par lInstituto Internacional de Medio Ambiente y DesarrolloAmérica Latina avec le concours d’organismes de la base, les collectivités ont pris davantage part à la planification. La population locale a effectivement participé à la sélection, à la conception et à la mise en oeuvre d’une série de projets pilotes.

À Alem, un quartier de Moreno, un réseau communautaire d’eau potable initialement conçu pour approvisionner 400 ménages peinait à en desservir plus de 700. Las des pénuries fréquentes et de la médiocre qualité de l’eau, les résidents en sont venus à ne plus vouloir payer leurs droits d’utilisation.

Avec l’apport des résidents, on a mis sur pied un projet pilote axé sur l’amélioration de la gestion communautaire du système. Grâce à ce projet, 718 ménages ont obtenu un meilleur accès à de l’eau, et 21 % des foyers ont bénéficié d’une amélioration de leurs appareils de plomberie. Les résidents ont pris part à la gestion technique du système et à son administration. Le système de facturation a aussi été remanié de sorte qu’à la fin du projet, le taux de paiement avait augmenté d’environ 90 %.

Programme de formation en environnement

L’équipe de recherche a aussi travaillé avec la municipalité à l’établissement d’une vaste usine d’entreposage et de recyclage des déchets solides. Sa construction témoigne de la collaboration fructueuse des chercheurs avec les résidents et les fonctionnaires municipaux.

Un programme de formation en environnement déployé à l’échelle de la ville parallèlement aux travaux de recherche a permis de rejoindre 18 000 résidents. Au total, 40 membres de la collectivité et 40 autres personnes choisies par le personnel municipal ont reçu une formation d’éducateurs. En plus d’entraîner une amélioration des infrastructures et des processus de planification, le programme a aussi permis aux résidents d’avoir davantage confiance en leur propre capacité de résoudre des problèmes environnementaux.

Mary O'Neill est rédactrice à Ottawa.

Le présent article porte sur le projet de Ville ciblée de Moreno, financé dans le cadre de l’initiative Villes ciblées du CRDI. De plus amples renseignements sur les résultats du
projet