La nouvelle politique concernant le salaire minimum au Myanmar suit une tendance régionale en matière de réforme du travail

April 20, 2016

Image
Tisserand birmane

EDGARD RODRIGUEZ

Le nouveau salaire minimum aura des répercussions sur les travailleurs du Myanmar, y compris ceux de l'industrie de la confection

Au cours de la dernière décennie, le marché du travail asiatique a été marqué par des augmentations du salaire minimum. Alors que la Chine et le Vietnam ont augmenté leur salaire minimum au cours des 10 dernières années, le Bangladesh et le Cambodge ont adopté un salaire minimum dans les deux dernières années en raison de la forte agitation ouvrière. Cette année, le Myanmar a adopté une nouvelle législation sur le salaire minimum qui créera certainement des remous.

Un think tank financé par le CRDI (le Centre for Economic and Social Development, qui fait partie du Myanmar Development Resource Institute – CESD-MDRI) a effectué des recherches approfondies sur le salaire minimum au Myanmar. Le directeur et conseiller présidentiel Zaw Oo a participé à de nombreuses réunions avec le ministère du Travail et de l'Emploi, des chambres de commerce, des syndicats et des donateurs. Le CESD-MDRI a joué un rôle déterminant dans la négociation de la mise en oeuvre du nouveau salaire minimum national (environ 3 USD par jour), qui est entré en vigueur le 1er septembre 2015.

 zaw.jpg

Zaw Oo à l'Union of Myanmar Federation of Commerce and Industry, septembre 2015

Les effets de cette nouvelle politique restent à voir. Alors que plusieurs pays ont adopté un salaire minimum, il est remarquable que les conventions de l'Organisation internationale du Travail (OIT) n'aient pas inclus de dispositions sur le salaire minimum dans les normes internationales du travail. Des données probantes indiquent qu'une partie des travailleurs profitent d'un salaire minimum, mais que les plus vulnérables, notamment les femmes, sont exclus.

Les actions du dirigeant du CESD, Zaw Oo, font écho à celles menées par d'autres think tanks financés par le CRDI dans la région, notamment leCentre for Policy Dialogue (CPD) au Bangladesh, qui fait partie de l'Initiative Think Tank et participe pleinement au débat national sur le salaire minimum, et le Cambodia Development Resource Institute (CDRI), qui mène un nouveau projet parallèle comprenant davantage de recherches sur les effets du salaire minimum au Cambodge, en Thaïlande et au Vietnam.

Visitez le site Web du CESD afin de lire l'article sur Zaw Oo et le salaire minimum.

Lisez l'article sur ce sujet publié dans le Myanmar Times
Voyez Zaw Oo discuter des industries à forte intensité de main-d'oeuvre au Myanmar lors des réunions annuelles de la Banque asiatique de développement, en mai 2015