À la mémoire de Mandela

Image

Photographie gracieuseté du journal The Hill Times

CRDI
L’ancien président de l’Afrique du Sud Nelson Mandela, qui est décédé à l’âge de 95 ans le 5 décembre 2013, a relevé des défis de taille pour affranchir son pays de l’apartheid et l’aider dans sa transition à la démocratie.

« Nelson Mandela a dû subir d’énormes privations sur le plan personnel pour libérer son peuple de l’injustice de l’apartheid, et nous saluons ses extraordinaires réalisations », a déclaré Jean Lebel, président du CRDI. « Nous sommes fiers du modeste rôle que le CRDI a joué en répondant aux besoins en matière de recherche de l’Afrique du Sud pendant sa transition à la démocratie. » 

Plus de cinq ans avant la tenue de la première élection qui a suivi la chute de l’apartheid, en 1994, le CRDI a tendu la main aux chefs du mouvement sud-africain pour la démocratie afin de déterminer quels types de recherches sur les politiques pourraient les aider alors qu’ils se dirigeaient vers un gouvernement majoritaire. Le Conseil des gouverneurs du CRDI a approuvé, en octobre 1988, un programme de recherche spécialement conçu pour préparer les futurs dirigeants du pays à gouverner une société démocratique non raciale.

Lorsque Nelson Mandela a été libéré en février 1990 après 27 années d’emprisonnement, le CRDI finançait déjà en Afrique du Sud des travaux de recherche sur les politiques économiques, la migration vers les villes, les droits des femmes, le VIH/sida et la vigueur des systèmes de santé locaux.

En 1995, le président Mandela a transmis un message au CRDI à l’occasion du 25e anniversaire de l’organisme. Les Sud-Africains, a-t-il écrit, ont « bénéficié énormément de l'aide du CRDI. Avant nos premières élections démocratiques, en avril 1994, le Centre a joué un rôle crucial en aidant l'ANC et le mouvement populaire pour la démocratie à se préparer aux négociations (…) [et] nous a aidés aussi à nous préparer au nouveau mode de gouvernance et à la transformation (…) »

« Nous désirons exprimer toute notre gratitude au CRDI, ainsi qu’au gouvernement et à la population du Canada, pour l’aide qu’ils ont offerte, et qu’ils continuent d’offrir, à l’Afrique du Sud et aux autres pays en développement. »

« Les travaux de recherche exécutés au début des années 1990 par certains des plus brillants esprits de l’Afrique du Sud ont contribué à faire en sorte que la transition du pays à la démocratie s’effectue sans effusion de sang, a souligné Jean Lebel. Cette réalisation, nous la devons à Nelson Mandela, qui a fait oeuvre de pionnier en mettant la recherche au service de la transformation de son pays. »

En savoir plus sur le soutien consenti par le CRDI à la recherche en Afrique du Sud