La base de données sur les femmes entrepreneures soutenue par le CRDI reçoit une réponse enthousiaste

06 août 2017
Image
De gauche à droite : Ayyappa, Chandrakala, Nivedita Prasad et Anitha au bureau Chocolate Philosophy à Banglore. Chocolate Philosophy est le seul chocolat gastronomique de Bangalore. Il a été commencé par les amis Nivedita Prasad et Uma Raju.

CRDI

Les femmes entrepreneures sont confrontées à des obstacles à chaque étape de l’établissement de leurs opérations, que ce soit lors de l’obtention des matières premières, de la gestion de la logistique, de la recherche d’acheteurs et, éventuellement, de la vente de leurs produits. Ce sont surtout ces deux derniers obstacles qui éveillent leur intérêt à l’égard d’une base de données sur les femmes entrepreneures soutenue par le CRDI.

« Les hommes ne prennent pas les femmes au sérieux, qu’il s’agisse de mes travailleurs d’usine ou de mes fournisseurs. Ils doivent respecter les femmes », mentionne Kamla Pai, une femme entrepreneure qui dirige une usine dans l’État de Karnataka, en Inde.

Élaborée par WEConnect, un organisme international qui met les entreprises appartenant à des femmes en contact avec les acheteurs dans le monde entier, la base de données comprend environ 600 femmes entrepreneures provenant de l’Inde. Smija Kumar, qui travaille avec la Fondation Wadhawani, une organisation sans but lucratif oeuvrant dans le domaine du renforcement de l’entrepreneuriat, a mentionné que la base de données aidera les femmes à rendre leur entreprise rentable. « En tant qu’entrepreneures, les femmes sont confrontées à de nombreux défis. Il y a des acheteurs qui préfèrent acheter des produits dans des entreprises appartenant à des femmes. L’inclusion des femmes dans une base de données qui comprend des entreprises dirigées par des femmes les aidera énormément », ajoute-t-elle.

Le CRDI appuie WEConnect dans l’auto-inscription et la certification électronique des entreprises dirigées par des femmes de toutes tailles qui ont besoin d’accéder aux marchés locaux et internationaux. « Nous pouvons déjà constater les résultats de cette initiative. Plus de 4 000 personnes sont employées par ces 600 femmes qui ont atteint un chiffre d’affaires de 127 millions de dollars américains, ce qui est impressionnant », a mentionné Arjan de Haan, chef du programme Emploi et croissance du Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Jennifer Daubeny, la consule générale du Canada à Bengaluru, était optimiste quant à l’appui du CRDI pour élaborer la base de données. « Les travaux connaissent tellement de succès que le CRDI prévoit maintenant les diffuser à plus grande échelle dans plus de 17 pays avec WEConnect. »

Siddaramaiah, le premier ministre de l’État, a mentionné que le gouvernement de l’État financera la certification des entreprises dirigées par des femmes afin que davantage de femmes puissent être incluses dans la base de données de WEConnect, ce qui multipliera leurs occasions d’affaires. En 2014, le gouvernement de l’État a déclaré des concessions et des mesures incitatives spéciales pour les femmes, tout en annonçant la politique industrielle de l’État. Chaque nouvelle zone industrielle de l’État comporte une zone spéciale pour les femmes entrepreneures.