Jyotiraj Patra : Étudier l’utilisation de la recherche dans la gestion des risques de catastrophe en Inde

Image
JYOTIRAJ PATRA

JYOTIRAJ PATRA

Marissa Van Epp
JEUNES CHERCHEURS DE L’IRCAAA

Jyotiraj Patra a collaboré à l’Initiative de recherche concertée sur l’adaptation en Afrique et en Asie(IRCAAA) en tant que titulaire d’une bourse de recherche en 2014.

Jyotiraj Patra a fait ses débuts auprès de Concern Worldwide, où il a travaillé sur la préparation aux catastrophes à Odisha, un État côtier de l’Inde. Depuis, il poursuit son travail sur les programmes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques de catastrophe en Inde, plus particulièrement sur la réduction des risques de catastrophe dans les communautés, l’adaptation aux changements climatiques et l’interface entre la recherche et les politiques.

À travers de son expérience de la gestion des catastrophes en Inde, Jyotiraj s’est aperçu que la recherche n’aboutit pas toujours à des politiques qui sont mises en pratique. « J’ai découvert qu’il manquait un élément d’application et d’utilisation de la recherche en Inde », mentionne-t-il. Jyotiraj s’est joint à l’équipe de l’IRCAAA pour combler cette lacune. « J’ai pensé que ce serait une bonne occasion de renforcer les capacités des chercheurs d’un pays en développement, pour veiller à ce que les recherches réalisées soient utilisées de façon appropriée », précise-t-il.

Appuyer le travail de l’IRCAAA pour mettre en pratique la recherche

Le travail de Jyotiraj en tant que titulaire d’une bourse de recherche au siège du CRDI, à Ottawa, constituait sa première expérience au sein d’un organisme de financement. Lors de sa collaboration avec l’IRCAAA, il a notamment apprécié que le programme soit axé sur la production de recherches utiles pour l’élaboration de politiques et qu’il repose sur une solide participation des intervenants dès le début. Il ajoute que l’IRCAAA utilise le concept de zones sensibles en matière de changement climatique en Afrique et en Asie, ainsi qu’un modèle de consortiums pour gérer les problèmes communs dans différents contextes. « L’avantage, dit-il, réside dans la compréhension de la complexité. L’approche par zone sensible est l’une des meilleures contributions de l’IRCAAA à la recherche sur le changement climatique à l’heure actuelle. Chaque consortium apporte différentes compétences et disciplines, ajoute-t-il. Ce programme est tout à fait unique en son genre. »

Repérer les occasions d’influencer les politiques

Pendant l’année qu’il a passée au sein du CRDI, Jyotiraj a travaillé à combler le fossé qui sépare la recherche et les politiques en participant à l’élaboration de processus de mobilisation des intervenants et d’un cadre d’application de la recherche pour l’IRCAAA. Il a également effectué des recherches sur les politiques indiennes concernant l’adaptation aux changements climatiques. En 2014, le changement de gouvernement en Inde a permis de lancer de nouvelles initiatives sur l’adaptation aux changements climatiques. À l’aide de sa recherche, Jyotiraj veut montrer qu’il s’agit d’une excellente occasion que les nouveaux bailleurs de fonds devraient exploiter. « Le nouveau gouvernement affirme qu’il veut rendre l’institution en matière de gestion des risques de catastrophe en Inde plus solide à l’échelle locale et qu’il est ouvert aux nouvelles idées », dit-il.

Comprendre comment la recherche touche les politiques

Flood damage in Uttarakhand

Des événements comme les inondations de 2013 dans l’État de l’Uttarakhand, dans le nord de l’Inde, ont également entraîné certains changements. Jyotiraj cherche à évaluer ce qui a changé dans l’interface entre la science et les politiques concernant la gestion des risques d’inondation à la suite de ces événements.Il explique à quel point le modèle de consortiums de l’IRCAAA l’a aidé à recadrer son approche, qui ne repose plus sur l’offre et la demande, mais désormais sur l’économie politique. «Il ne s’agit pas d’un processus linéaire et apolitique, explique-t-il. Nous devons comprendre l’économie politique. Quel rapport y a-t-il entre le contexte des inondations et les relations de pouvoir ?» Il espère que la recherche à laquelle il contribue permettra de mieux comprendre ce processus.

Pour en savoir plus

Marissa Van Epp est une auteure établie dans la ville de New York.

L’IRCAAA est une initiative conjointe du Department for International Development du Royaume-Uni et du Centre de recherches pour le développement international du Canada. Le programme se poursuivra jusqu’en 2019.

Photo (à droite) : Jyotiraj Patra

Au sein du programme de l’IRCAAA, Jyotiraj a notamment réalisé une étude de cas sur les inondations extrêmes survenues en 2013 dans l’État de l’Uttarakhand, en Inde. ​