India Labour and Employment Report de 2014 : les travailleurs à l’ère de la mondialisation

January 15, 2014

Image
Alakh N. Sharma

La croissance économique rapide observée en Inde a entraîné dans ce pays une diminution de l’extrême pauvreté. De 1983 à 2012, le salaire réel moyen a augmenté chaque année de plus de trois 3 %. Cependant, pour la quasi‑totalité des 460 millions d’Indiens en âge de travailler — dont on s’attend à ce qu’ils constituent d’ici 2030 la population active la plus importante du monde — il subsiste d’énormes manques à gagner au chapitre de l’emploi. En effet, les Indiens occupent pour la plupart des emplois occasionnels à faible productivité. De plus, près de 60 % des travailleurs indiens sont toujours considérés pauvres, et ce, en dépit du fait qu’ils occupent un emploi. Et bien que, dans certains secteurs avancés de l’économie, des travailleurs qualifiés aient gonflé les rangs d’une classe moyenne en plein essor, et que les débouchés en matière d’emplois réguliers dans le secteur structuré aillent croissants, seule une minorité d’Indiens tirent parti de ces progrès, ce qui révèle les disparités grandissantes et la fragilité de la protection sociale en Inde.

L’India Labour and Employment Report de 2014 présente un bilan des marchés du travail en Inde et examine les progrès entraînés par les réformes ainsi que les défis importants qui se profilent à l’horizon.

Son message clé : en matière de main-d’oeuvre et d’emploi, l’Inde doit se doter d’une politique globale qui soit juste et adaptée aux besoins de sa population afin d’assurer un développement durable et inclusif.

À l’occasion du lancement du rapport, à New Delhi, Jairam Ramesh, ministre du Développement rural, qui est aussi responsable du plus important programme de protection sociale de l’Inde – et l’un des plus grands du monde entier – a convenu que l’Inde tirait de l’arrière sur le plan de l’emploi. Il a rappelé que les emplois sont créés par les entrepreneurs, et non par le gouvernement, et que l’Inde doit travailler dans cette optique.

Le rapport a été préparé avec le financement du CRDI, par une équipe de chercheurs de l’Institute for Human Development (IHD) et de l’Indian Society of Labour Economics, sous la direction d’Alakh N. Sharma, qui est aussi le principal auteur dudit document.

Arjan de Haan, du programme Croissance pour tous du CRDI, a salué la façon dont le rapport fait ressortir les réalités et possibilités étonnantes qui caractérisent les marchés du travail en Inde ainsi que la manière dont le document met en relief le besoin d’emplois qui soient créés dans le secteur privé et par le secteur privé. 

L’IHD est un institut à but non lucratif qui a été établi sous l’égide de l’Indian Society of Labour Economics. Il est aujourd’hui un important centre d’étude du développement humain et des questions liées à la main-d’oeuvre.

Lire le rapport intégral (en anglais)

Lire un article sur le rapport dans le Times of India : « Without jobs, India's demographic dividend will be a disaster ​»​