Gérer les incertitudes reliées à l'adaptation

Guy Jobbins
CCAA Perspectives

L’Afrique est extrêmement vulnérable aux changements climatiques, et il est impératif de trouver des façons pour sa population croissante de s’adapter à ces changements. Les personnes qui oeuvrent à la mise au point de moyens d’adaptation sont toutefois confrontées à des incertitudes scientifiques. Outre les problèmes d’ordre méthodologique – répandus ailleurs également – auxquels ils se heurtent, les chercheurs d’Afrique font généralement face à un manque d’information de base solide, qu’il s’agisse de données climatologiques historiques ou de données de recensement fiables. Toutefois, les acquis réalisés dans le cadre de projets de recherche-action participative menés en Afrique montrent que les incertitudes scientifiques ne constituent pas le principal obstacle à une adaptation efficace. Il semble en effet que la faible capacité institutionnelle de prendre des décisions et des mesures à l’égard de problèmes complexes et incertains constitue à l’heure actuelle un obstacle bien plus important.

Le présent document examine les incertitudes mises au jour par la recherche pluridisciplinaire et complexe, ainsi que la façon dont les chercheurs et les décideurs abordent ces incertitudes et tentent d’y remédier. Il fait fond sur les enseignements tirés du programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique (ACCA), qui soutient 46 projets répartis dans 33 pays visant à améliorer les pratiques et les politiques en matière d’adaptation. Le présent document met en relief certaines contraintes à l’utilisation des résultats de recherche en vue d’éclairer la prise de décisions relatives à l’adaptation aux changements climatiques en Afrique, et examine la façon dont on peut orienter la recherche et la programmation futures afin d’éliminer ces contraintes.

Télécharger le PDF

 

À propos de l’auteur
Depuis le bureau du CRDI au Caire, l’administrateur de programmes principal Guy Jobbins oeuvre au programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique. Il oriente et encadre les projets abordant principalement la hausse du niveau des océans, la rareté de plus en plus grande de l’eau et les impacts des changements climatiques sur la santé humaine. M. Jobbins détient un doctorat en politiques publiques de l’Université de Birmingham. Avant son arrivée au CRDI en 2006, il s’occupait de projets portant sur le développement durable et la gestion des ressources naturelles en Égypte.