FIE 2008 : Un effort de collaboration internationale

Écosystèmes et santé humaine
Le deuxième Forum international écosanté (FIE 2008), à Mérida, Mexique, a réalisé deux grands objectifs : « accroître l’appropriation du processus par les institutions du Sud et accroître les interactions entre divers acteurs internationaux réunis pour poursuivre le développement des démarches écosanté pour la santé humaine, » a dit le Dr Roberto Bazzani du Centre de recherches pour le développement international (CRDI).

La réussite du Forum a été le fruit d’un effort de collaboration internationale. Comme la tenue du FIE 2008 coïncidait avec celle de l’International Association for Ecology and Health (EcoHealth), « au lieu de faire deux rencontres différentes, nous avons discuté de faire une activité conjointe, » a dit le Dr Bazzani.

Le Forum a été organisé par l’Institut national de santé publique du Mexique (Instituto Nacional de Salud Publica -INSP). Trois institutions brésiliennes—l’Instituto de Pesquisas Ecologicas (IPE), la Fundaçao Oswaldo Cruz et la Faculté de médecine vétérinaire et de zootechnie de l'Université de São Paolo—se sont jointes au CRDI,  à EcoHealth, et ensuite à l’Organisation panaméricaine de la santé pour organiser le Forum. Les Communautés de praticiens en écosanté ont également collaboré au processus d’organisation.

L’approche collaborative a favorisé « des échanges plus ouverts » entre les différentes écoles écosanté, a dit le Dr Bazzani. Le fait de réunir des personnes avec des perspectives différentes « nous a permis d’avoir un environnement plus riche » dans lequel les chercheurs ont appris des uns et des autres, a-t-il ajouté. A titre d’exemple, bien que la plupart des communautés de praticiens en écosanté aient en commun une forte perspective transdisciplinaire, les chercheurs nord-américains en matière d'écosanté « accordent plus d’attention aux dimensions écologiques... tandis que ceux de l’Amérique latine ont tendance à accorder plus d’attention aux dimensions sociales de la santé humaine. En Amérique latine, nous avons une expertise limitée en écologie et en santé, donc les échanges ont été bénéfiques à toutes les parties », a aussi dit le Dr Bazzani.

« Le Forum de Mérida s’est distingué en réunissant tous ces groupes différents, » a dit Andrés Sánchez. Les Communautés régionales de praticiens en écosanté ont tenu leurs propres rencontres au Forum et « il y a également eu des échanges entre elles », a-t-il ajouté.

Si les deux tiers des chercheurs présents au premier Forum écosanté en 2003 étaient de l’Amérique du Nord, en 2008, il y avait à la fois des chercheurs et des praticiens de partout au monde à Mexico, soit 689 participants de 68 pays. « C’était incroyable de voir toutes ces régions représentées, tous ces pays... et ces disciplines, a dit le Dr Bazzani. L’interaction entre tous les joueurs « reflète très bien l'interdisciplinarité de l'écosanté. »

Le FIE 2008 a démontré que « la démarche écosanté fonctionne vraiment et a vraiment de l’impact sur la recherche et la politique, » a affirmé le Dr Bazzani. Quand le programme Écosanté du CRDI a été lancé officiellement en 1996, « notre premier but à ce moment‑là était de voir si ce que nous appelons écosanté pourrait intéresser à la fois les scientifiques et les praticiens, » a dit Andrés Sánchez. A la conférence de 2003, « nous avons amené nos partenaires pour leur montrer les progrès que nous avions réalisé et où étaient les lacunes », a-t-il ajouté. En 2008, a expliqué le Dr Bazzani, « une série très pertinente de résultats de recherche et de résultats de politique des différentes régions [ont été] présentées au cours du Forum. »

Le Forum a généré une énergie phénoménale. Même à la fin de la conférence, bien que les gens étaient « épuisés », différents groupes se sont réunis encore en grand nombres afin de discuter des options de collaboration entre les différentes régions du monde. Un élan semble s’établir parmi les scientifiques et les praticiens « qui s'intéressent à un dialogue mondial pour lutter contre les problèmes pressants en matière de santé et d'environnement que nous devons maintenant affronter à l'échelle mondiale, » a déclaré Andres Sánchez.

Les trois grands thèmes des séances plénières—le changement climatique et la santé, les nouvelles maladies infectieuses et les enjeux du développement durable—étaient à point nommé.  « L'utilisation de l’approche écosanté pour les nouvelles maladies infectieuses... prendra progressivement de plus en plus d’importance, » a dit le Dr Bazzani.

Des pandémies récentes comme la grippe aviaire et le virus H1N1 démontrent la pertinence des interactions sociales et écologiques, et de l’interdépendance de notre monde. Le domaine s’est développé à partir de projets isolés en « un mouvement écosanté, » a déclaré le Dr Bazzani. Pour le CRDI, le nombre élevé de participants au Forum était encourageant parce que c’est « un bon indicateur que le processus ne dépend pas exclusivement de nous, et qu’il y a d’autres joueurs [qui investissent dans l’écosanté]. »

Andrés Sánchez
Spécialiste de programmes
Programme Écosystèmes et santé humaine

Dr Roberto Bazzani
Spécialiste de programmes
Programme Écosystèmes et santé humaine