Étudiants en écosanté – Bourses aux nouveaux chercheurs visant à encourager l’innovation et le leadership

Écosystèmes et santé humaine
Aborder les enjeux importants de l’environnement et de la santé de la population par une approche écosanté est une vision commune partagée par quatre personnes des régions extrêmement différentes du monde. Yoseth Ariza Araύjo, Sarah Olson, et Coll Hutchison, lauréats du concours « Affiches-Étudiants », et la Dre Susilowati Tana, lauréate du concours « Présentation de recherche en écosanté » ont tous été reconnus pour leurs contributions dans le domaine écosanté.

Les prix soulignent l’excellence professionnelle en recherche et « le rôle essentiel que les étudiants et les nouveaux chercheurs jouent dans l’avenir de la démarche écosanté », a déclaré la secrétaire d’EcoHealth, la Dre Margot Parkes. Ils constituent également des outils importants qui visent à encourager la recherche en écosanté. Les prix ont été lancés au Forum international écosanté (FIE 2008) et, vu leur succès, non seulement ils continueront à Londres en 2010 mais aussi s’élargiront afin d’inclure un prix pour le meilleur chercheur en écosanté et un autre pour la meilleure intervention écosanté.

Le processus d’évaluation pour la présentation d’une affiche a été une expérience inspirante pour les étudiants. Ces derniers étaient jumelés à des membres du conseil d’EcoHealth ou des rédacteurs en chef de périodiques afin de débattre des 70 affiches présentées par les étudiants, et de leur attribuer une note. Les travaux des étudiants ont été évalués en fonction de leur contribution à la science et à la santé.

Pour la présentation du prix, on a demandé aux modérateurs de chaque session du Forum international écosanté 2008 de retenir des exemples exceptionnels de recherche en écosanté. Un comité a examiné quinze sélections et en a choisi un gagnant.

Dre Susilowati Tana : Prix pour la présentation d’une recherche en écosanté

La Dre Susilowati Tana, fondatrice et directrice du Centre for Health Policy and Social Change en Indonésie, a reçu un prix pour sa présentation sur la gestion du vecteur de la dengue. La recherche actuelle de la Dre Tana porte sur les facteurs écologiques, biologiques et sociaux complexes qui contribuent à la densité du vecteur de la dengue, à la transmission de la dengue, ainsi que sur l’élaboration d’interventions communautaires liées à la dengue dans la ville de Yogyakarta, en Indonésie.

Motivée à adopter une approche écosanté en raison  « de l’échec des démarches précédentes visant à résoudre les problèmes de santé publique », la Dre Tana a dit qu’il faut  « trouver des solutions novatrices ». Son étude lauréate met en lumière les perceptions des communautés en ce qui concerne la prévention de la dengue, le manque d’éducation des communautés et les capacités d’intervention insuffisantes. Elle a proposé plusieurs interventions pratiques à l’intention des communautés et des ménages.

La Dre Tana entend améliorer continuellement sa compréhension du concept écosanté et de la façon dont il s’applique aux maladies transmises par vecteur telles que la dengue et trouver des solutions impliquant la communauté. Elle conseille aux étudiants et aux nouveaux chercheurs « de sortir de leur domaine d’expertise et d’examiner une réalité extrêmement complexe—de travailler avec les communautés et d’autres disciplines afin d’acquérir une vue d’ensemble transdisciplinaire du problème de la santé publique avant de tenter de le résoudre ».

Sarah Olson : lauréate d’un prix du concours ‘Affiches-Étudiant’

« En peaufinant une chose, vous pouvez aider de nombreuses personnes », a déclaré Sarah Olson, une candidate au doctorat conjoint au Center for Sustainability and the Global Environment (SAGE), de l’université du Wisconsin-Madison. C’est ce que vise son travail concernant l’étude de l’impact cumulatif de l’utilisation des terres et leurs changements sur la malaria dans le bassin de l’Amazonie.

Convaincue de l’importance de l’écosanté, Mme Olson a délibérément  choisi un projet de doctorat qui adopte une approche écosanté à l’égard de la santé de la population. De part ses recherches épidémiologiques et médicales précédente, et son expérience en enseignement en Afrique, elle a été directement témoin de la façon dont les populations et leurs environnements sont inter-reliés.

Les résultats de sa recherche sur la malaria ont été surprenants et contraires aux prévisions basées sur la température mondiale. En examinant les données sur les cas de malaria et les précipitations mensuelles dans le bassin de l’Amazonie, Mme Olson a constaté que le lien entre la malaria et les précipitations dépend de l’étendue d’eau libre et des milieux humides. Dans les régions où abondent les milieux humides et les grandes rivières, les précipitations lessivent les habitats des moustiques porteurs tandis que dans les milieux non humides, les précipitations créent ces habitats.

Selon Mme Olson, les prix pour le concours ‘Affiches–Etudiants’donnent une motivation supplémentaire aux étudiants. Elle aimerait qu’ils continuent et que le nombre d’étudiants réalisant des recherches en écosanté augmente. Une reconnaissance donne de la rétroaction aux étudiants et illustre l’« engagement à faire croître le programme ».

Mme Olson prévoit continuer d’intégrer la science de l’environnement et la santé de la population et étudie déjà des opportunités de postes post-doctoraux qui lui permettront de faire cela. « Je veux poursuivre ce que j’ai commencé—à savoir favoriser des relations et des collaborations au Brésil », a‑t‑elle ajouté, soulignant son intérêt pour les effets de la déforestation sur la transmission des maladies dans le bassin de l’Amazonie.

Coll Hutchison : lauréat d’un prix du concours ‘Affiches-étudiants’

« Une combinaison d’idées et d’intérêts » a amené Coll Hutchison, un étudiant au doctorat du London School of Hygiene and Tropical Medicine, au monde de la recherche en écosanté. Étant sur le point de commencer à travailler dans la province nord‑est de Misiones en Argentine, M. Hutchison prévoit explorer la perception des mères Mbya Guaraní au sujet de la manière dont leur  environnement et les changements qu’il subit affectent la santé et le bien‑être de leurs enfants. Il entend se servir d’une approche méthodologique en reconnaissant qu’« il n’y a pas qu’une seule façon de faire les choses ».

Le prix a donné à M. Hutchison « un regain de confiance »; il a souligné qu’en général les prix fournissent des incitatifs aux nouveaux étudiants. Un autre point qu’il a tenu à mentionner à propos du Forum international écosanté 2008 a été la possibilité de rencontrer des étudiants de partout dans le monde effectuant des travaux semblables et partageant des intérêts similaires. En tant que représentant étudiant du comité organisateur du Forum écosanté de 2010, M. Hutchison demeure en contact avec beaucoup d’étudiants qu’il a rencontrés—« Je vois cela comme une relation continue».

Yoseth Ariza Araύjo : lauréat d’un prix pour une affiche présentée par un étudiant

Avec une expérience en épidémiologie et en médecine rurale, Yoseth Ariza Araύjo est bien placé pour examiner les questions de santé de la population du point de vue écosanté. Terminant actuellement son travail de maitrise pour l’Epidemiological and Population Health Group (GESP), à l’université de Valle à Cali, en Colombie, il étudie le lien entre l’exposition à des contaminants présents dans l’environnement et l’incidence élevée de déficiences congénitales dans les quartiers pauvres de Cali.

M. Araύjo a évalué l’exposition de femmes à des métaux lourds, des solvants aromatiques, des particules suspendues et des pesticides. Il a constaté que les femmes de ces communautés sont exposées à de nombreux polluants dans leur propre maison, et que la consommation de poisson pouvait également les exposer à des polluants. Au moment d’élaborer les recherches, il faut tenir compte du degré d’instruction des femmes et du rôle du chef de famille.

Avant la tenue du Forum international écosanté 2008, M. Araύjo se sentait parfois isolé dans sa démarche par rapport à des questions complexes. La reconnaissance de son travail primé et l’interaction avec d’autres étudiants et chercheurs faisant face à des défis semblables a changé la donne. « C’est fantastique de faire partie d’une vaste communauté qui partage les mêmes défis, les mêmes réalisations et les mêmes espoirs. »

Le GESP a amorcé une nouvelle initiative en collaboration avec le service municipal de la santé publique et M. Araύjo prévoit faire en sorte que l’approche écosanté devienne une partie intégrante de son travail. Il a souligné qu’il faut lutter contre les perceptions des collègues voulant que la démarche écosanté soit très difficile et dévoreuse de temps.

Les lauréats des prix écosanté 2008 ont dit être honorés par cette reconnaissance personnelle, mais ont souligné que les prix reconnaissent le travail d’étudiants et de nouveaux chercheurs dans l’ensemble du domaine de l’écosanté.

« Le simple fait d’avoir des prix envoie le message que ces gens sont appréciés pour leurs efforts dans un domaine interdisciplinaire exigeant », a affirmé la Dre Parkes. Les prix reconnaissent des travaux révolutionnaires en écosanté. À long terme, de tels prix « aideront à créer un sentiment de leadership parmi les étudiants reconnus ». Les lauréats deviennent des mentors dans la section étudiante d’Ecohealth, où l’on peut trouver la nouvelle génération de praticiens et de chercheurs en écosanté.

Margot Parkes
International Association for Ecology and Health (EcoHealth)

Susilowati Tana
Centre for Health Policy and Social Change, Indonésie

Sarah Olson
Candidate au doctorat en santé de la population et en environnement et ressources, Center for Sustainability and the Global Environment, campus de Madison de l'Université de Wisconsin
Représentante des étudiantes et étudiants au conseil d’administration de l'International Association for Ecology and Health (EcoHealth)

Coll Hutchison
Étudiant au doctorat, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Royaume‑Uni
Représentant des étudiantes et étudiants au conseil d’administration de l'International Association for Ecology and Health (EcoHealth)

Yoseth Ariza Araύjo
Étudiant au doctorat, Epidemiological and Population Health Group (GESP), School of Public Health, Health Faculty, Université de Valle, Cali, Colombie

International Association for Ecology and Health
Centre for Health Policy and Social Change, Indonesia
Center for Sustainability and the Global Environment (SAGE), University of Wisconsin-Madison
London School of Hygiene and Tropical Medicine, UK
Epidemiological and Population Health Group (GESP), School of Public Health, Health Faculty, University of Valle, Cali, Colombia
London 2010
Student section of the International Association of Ecology and Health