e-Fès : Services publics en ligne

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES

Le projet de recherche-action e-Fès visait principalement à améliorer les services publics. Ce faisant, il a également renforcé la responsabilité du secteur public et favorisé l’esprit de démocratie au Maroc. De telles réalisations ont valu à ce projet — financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) — de recevoir plusieurs récompenses nationales et internationales, dont le prix national de l’administration publique numérique du Maroc, e-Mtiaz, en 2006, ainsi qu’un prix TIGA pour l’utilisation de la technologie dans l’administration en Afrique et le Prix de l’Organisation des Nations Unies en matière de service public, en 2007.

 À LIRE ET À VOIR ÉGALEMENT
 
La cybercapitale du Maroc
Fès est devenue un modèle primé en matière de mise en oeuvre efficace des TIC dans les services publics
 
Le CRDI au Maroc
Depuis plus de 25 ans, le CRDI finance au Maroc des recherches réalisées dans un large éventail de domaines allant de l’agriculture à la technologie de l’information et de la communication
 
Le contexte, le projet, les objectifs, les incidences, les extrants
  
Bibliothèque numérique du CRDI
Extrants de recherche relatifs au Maroc

En apparence, le but était purement pratique : il consistait à faciliter la vie des citoyens en rationalisant le processus de livraison des documents, en particulier des certificats de naissance qui, au Maroc, sont nécessaires pour absolument tout, de la demande d’emploi à l’accès aux services de santé, en passant par l’inscription à l’école.

Avant, pour obtenir un document, il fallait attendre que des fonctionnaires en trouvent l’original et le recopient à la main. Une erreur de transcription, même mineure, signifiait qu’il fallait tout reprendre depuis le début. Maintenant que le système a été automatisé, les citoyens reçoivent de meilleurs services, et ce, plus rapidement qu’auparavant, aux dires d’Adel El Zaïm, administrateur de programme principal au CRDI.

On a aussi observé d’importantes retombées d’ordre social. Pour automatiser les services, les chercheurs de l’Université Al Akhawayn, à Ifrane, ont dû restructurer tous le processus administratif, explique M. El Zaïm. Les nouveaux bureaux à aires ouvertes et l’installation de bornes libre-service ont permis d’accroître la transparence et de réduire les possibilités de corruption. Un autre effet positif a été de rendre le site Web municipal interactif, de sorte que les citoyens peuvent maintenant communiquer plus facilement avec les élus.

Comme le souligne M. El Zaïm, ces innovations ont suscité un sentiment de fierté, tant dans la population qu’au sein du personnel, ce qui explique qu’elles aient été adoptées par d’autres municipalités. Aidées par l’équipe du projet, les municipalités de Larache, d’Ifrane et d’El Hajeb sont parvenues à moderniser leur système de prestation de services. Même le gouvernement du Maroc s’affaire actuellement à automatiser ses services.


DES EFFETS DURABLES  > PAYS EN TRANSITION