Document de travail d’Information et réseaux : faciliter la surveillance

Image
Gus Hosein and Carly Nyst
De plus en plus, le transfert de technologies de l’information est une composante clé des initiatives de développement et d’aide humanitaire. Tandis que les programmes de protection sociale intègrent des systèmes de gestion de l’information numérisés et des mécanismes de transferts électroniques, que les systèmes d’enregistrement et électoraux déploient des technologies biométriques, que l’utilisation des téléphones portables explose et que l’on accède plus facilement à une plus grande quantité de données, ces technologies employées au titre des efforts visant à assurer la sécurité et la primauté du droit. Nombre de ces programmes et technologies impliquent la surveillance de particuliers, de groupes et de populations entières. La collecte et l’utilisation de renseignements personnels dans le cadre de ces initiatives de développement et d’aide est dans précédent, et ne sont assujettis qu’à peu de garanties juridiques.

Dans ce document de travail, Gus Hosein et Carly Nyst, de Privacy International, montrent que, alors que les organismes et bailleurs de fonds du développement et de l’aide humanitaire s’empressent d’adopter de nouvelles technologies qui facilitent la surveillance, il se peut qu’ils créent et soutiennent des systèmes qui constituent de graves menaces aux droits de la personne, plus particulièrement au droit à la vie privé.

Consulter le document de travail no 1 Aiding surveillance: An exploration of how development and humanitarian aid initiatives are enabling surveillance in developing countries (2014) (PDF, 715 Mo)

Contenu connexe
En savoir plus sur le programme Information et réseau du CRDI