Des innovations et des recherches concrètes et porteuses de résultats : sixième assemblée publique annuelle du CRDI

November 28, 2014

Image
Question Reponse AMP 2014

CRDI | G. TECKLES

« Par l’entremise du CRDI, le Canada soutient la recherche qui apporte des solutions, a déclaré l’honorable Monte Solberg, président par intérim du Conseil des gouverneurs du Centre, des solutions qui accroissent la prospérité et la sécurité partout dans le monde et qui améliorent les conditions de vie de toutes les populations. »

« Notre objectif, c’est d’encourager l’autosuffisance — auprès des populations, des institutions et des États », a-t-il affirmé à l’occasion de l’Assemblée annuelle du CRDI de 2014, qui a eu lieu le 19 novembre à Ottawa. Je suis ravi de présider le Conseil des gouverneurs de cet organisme, qui incarne brillamment les valeurs canadiennes. »

apm-2014-monte-solberg.jpgUne solide expérience

« Aujourd’hui, nous voulons vous parler des façons ingénieuses dont le CRDI investit l’argent des contribuables canadiens », a-t-il expliqué. Dans son survol des récents travaux du Centre, il a souligné que le personnel du CRDI a lancé ou poursuivi près de 800 projets de recherche au cours du dernier exercice. « L’organisme a reçu près de 203 millions CAD en crédits parlementaires pour l’exercice 2013-2014 – soit près de 4 % de la somme que le Canada consent à l’aide internationale – et les a utilisés pour amasser près de 60 millions CAD de plus auprès d’autres bailleurs de fonds, a précisé M. Solberg.

« Nous avons connu une excellente année sur le plan des partenariats avec d’autres bailleurs de fonds, a-t-il ajouté, et neuf nouveaux accords de financement ont été conclus. En outre, deux initiatives concertées d’envergure ont été reconduites : le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI) et l’Initiative Think tank (ITT).

Selon M. Solberg, « la solide expérience du CRDI pour ce qui est de soutenir des travaux de recherche et des innovations concrètes et porteuses de résultats s’est avérée un facteur crucial dans la décision d’autres bailleurs de fonds de réitérer leur engagement envers ces programmes phares ».

Un impact plus vaste

M. Solberg a entretenu les auditeurs d’un récent voyage en Afrique qu’il a effectué avec le président du CRDI, Jean Lebel, et son collègue gouverneur Gordon Houlden, directeur du China Institute et professeur de sciences politiques à l’Université de l’Alberta.

« Ce voyage, a-t-il expliqué, devait notamment nous permettre de rencontrer de nouveaux partenaires capables de nous aider à accroître considérablement la portée de l’investissement du Canada dans l’innovation et le développement. Nous tirons de plus en plus parti des partenariats pour renforcer et élargir notre impact. »

Tout au long de ce voyage, il a été frappé par la capacité du CRDI de rassembler des professionnels chevronnés de gouvernements, du milieu de la recherche et du secteur privé afin qu’ils trouvent ensemble un terrain d’entente pour s’attaquer à « certains des problèmes les plus épineux et les plus urgents. »

« Nous avons rencontré de nombreux anciens bénéficiaires de subvention du CRDI qui sont devenus des chefs de file influents dans leur propre pays, au sein du gouvernement, dans la sphère scientifique ou dans le milieu des affaires », a-t-il raconté. C’est une bonne nouvelle en soi, et cela a aussi aidé le Canada à tisser d’importants liens un peu partout dans les pays en développement. »

apm-2014-jean-lebel.jpgUn appui aux priorités en matière de développement

Dans son allocution, M. Lebel a décrit le soutien du CRDI à la recherche dans trois grands domaines : agriculture et environnement, politique sociale et économique et science, technologie et innovation.

« Au cours de la dernière année, le CRDI a financé des travaux de recherche englobant 674 établissements du monde entier, y compris 111 universités et autres organismes voués à la recherche au Canada », a-t-il indiqué.

« En plus de répondre aux besoins des pays en développement, le CRDI contribue à l’atteinte des objectifs du Canada en matière de science et d’innovation et à la réalisation de ses priorités sur le plan du développement international », a ajouté M. Lebel.

Par exemple, depuis 2009, le CRDI finance à hauteur de 124 millions CAD, de concert avec Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, le FCRSAI, un programme de recherche qui concrétise l’engagement du gouvernement à lutter contre la faim dans le monde. 

Le passage à grande échelle d’innovations

« En quelques années seulement, les travaux menés dans le cadre du FCRSAI ont déjà mobilisé et épaulé 97 000 agriculteurs de pays en développement, a-t-il affirmé. Et ces agriculteurs ont en retour aidé à tester sur le terrain plus de 130 innovations qui ont accru la productivité et les revenus et amélioré les régimes alimentaires. »

« Notre objectif désormais — notre objectif atteignable — consiste à trouver des manières d’unir nos forces à celles d’autres partenaires en vue d’accroître massivement le nombre de familles d’agriculteurs qui tirent parti de ces réalisations », a ajouté M. Lebel.

En ce qui concerne l’avenir du CRDI, M. Lebel a fait remarquer que le CRDI se prépare à mettre en oeuvre un nouveau plan stratégique qui orientera son action de 2015 à 2020. « Le contexte international se transforme, a-t-il fait observer. Cependant, notre nouveau plan fera en sorte que la recherche au service du développement subventionnée par le CRDI continue d’être pertinente, d’optimiser les ressources investies et d’entraîner un impact. »

apm-2014-peter-taylor.jpgUne réponse aux besoins des pays

Peter Taylor a ensuite fait le récit d’un remarquable réseau de centres de recherche indépendants qui aident à guider la prise de décisions relatives aux politiques sociales et économiques dans l’ensemble des pays en développement.

M. Taylor, qui dirige l’Initiative Think tank du CRDI, a expliqué que la majeure partie du financement consenti à la recherche vise une courte période et tend à illustrer davantage les priorités du bailleur de fonds que celles du pays aux prises avec des difficultés.

« L’ITT octroie du consentement de base à un groupe de think tanks triés sur le volet qui ont ainsi la souplesse voulue pour élaborer leur propre programme de recherche en réponse aux besoins des pays en matière de politiques », a expliqué M. Taylor.

Six bailleurs de fonds partenaires se sont engagés à verser plus de 200 millions CAD à l’ITT, qui s’échelonne sur dix ans et qui fournit du financement de base à 43 think tanks répartis dans 20 pays. M. Taylor a fait remarquer que chaque dollar investi par le gouvernement du Canada dans l’ITT depuis le lancement de cette dernière, en 2008, a contribué à amasser 11 $ auprès d’autres bailleurs de fonds.

Des débats mondiaux sur les politiques

« Les think tanks font des contributions qui, en plus d’aider à l’élaboration de politiques nationales, cadrent étroitement avec les priorités du Canada en matière de politique étrangère », a précisé M. Taylor. Par exemple, grâce à leurs recherches respectives, la FUNDAUNGO, au Salvador, fait progresser la démocratie et la bonne gouvernance, le Sustainable Development Policy Institute, au Pakistan, fait en sorte que la sécurité alimentaire constitue une priorité nationale, et l’Ethiopian Development Research Institute aide à améliorer la santé des mères et des enfants.

De plus en plus, l’Initiative Think tank aide des établissements de pays en développement à former des partenariats qui étendent la portée de leur action aux débats en matière de politique mondiaux, a indiqué M. Taylor.

Les think tanks subventionnés par l’ITT s’attachent actuellement à faire en sorte que la voix des pays en développement soit entendue dans les consultations internationales donnant suite aux engagements pris à l’égard des objectifs du Millénaire pour le développement, qui visent la période allant de 2000 à 2015. « Ils exercent une influence considérable sur les débats de haut niveau sur le programme de développement de l’après-2015 », a-t-il expliqué.

Regarder la vidéo de l’Assemblée publique annuelle de 2014 du CRDI (59 min 30 sec)

  • L’honorable Monte Solberg, président par intérim, Conseil des gouverneurs du CRDI

  • Jean Lebel, président du CRDI (7:00)

  • Peter Taylor, chef de programme, Initiative Think tank (22:15)

  • Questions de l’auditoire (34:10)

En savoir plus

Photos : CRDI/G. TECKLES