Des économistes africains favorisent la croissance et la réduction de la pauvreté

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES
Adressez-vous à un économiste en Afrique, et il est fort probable qu’il ait profité du programme de formation du Consortium pour la recherche économique en Afrique (AERC). Créé en 1988 grâce au soutien du CRDI et d’autres bailleurs de fonds internationaux, l’AERC a aidé plus de 1 800 étudiants à obtenir une maîtrise et plus de 300, un doctorat. Cette masse critique de spécialistes contribue à mettre les économies de l’Afrique subsaharienne sur la voie d’une croissance durable. 
À LIRE ÉGALEMENT
 
Les chemins du savoir
L’expérience de trois consortiums de recherche financés par le CRDI donne un aperçu des méthodes fructueuses pouvant mettre à profit les compétences.

Bibliothèque numérique du CRDI
Extrants de recherche

Consortium pour la recherche économique en Afrique (AERC)

L’AERC octroie des subventions de recherche qui permettent d’exécuter des travaux sur des questions allant de la pauvreté aux échanges commerciaux en passant par les finances. En outre, il administre des programmes de maîtrise et de doctorat en économie en collaboration avec des dizaines d’universités africaines.

Le directeur général de l’AERC, William Lyakurwa, signale qu’à peine dix ans après que le consortium se soit mis à appuyer la recherche sur les politiques économiques, de nombreux pays africains ont commencé à connaître une croissance positive. Son propre pays, la Tanzanie, est justement l’un des pays où le soutien de l’AERC a eu pour effet de renforcer les capacités et de resserrer la gestion de l’économie.

Les personnes qui ont bénéficié du soutien de l’AERC occupent aujourd’hui des postes de décision clés un peu partout en Afrique; il y a parmi elles des gouverneurs de banques centrales et des ministres des Finances, explique M. Lyakurwa. Elles mettent à profit les connaissances acquises grâce à l’AERC et aussi aux relations qu’elles ont nouées, ajoute-t-il.

En plus de s’intéresser à des dossiers cruciaux comme l’industrialisation et le développement du secteur agricole, l’AERC se penche depuis peu sur les retombées de la crise économique mondiale, laquelle a fait grimper le prix des aliments dans de nombreux pays d’Afrique. Le consortium a organisé deux ateliers à l’occasion desquels plus de 200 chercheurs en économie et responsables des politiques économiques du continent ont examiné des moyens de renforcer le développement du secteur agricole et la sécurité alimentaire.

En permettant à des Africains de faire des études supérieures en économie et en soutenant les départements d’économie d’universités du continent, l’AERC contribue à freiner l’exode des cerveaux et à renforcer les capacités de recherche sur les politiques économiques dans toute l’Afrique.