Des chercheurs insistent sur l’importance de favoriser la résilience aux changements climatiques des producteurs de maïs d’Afrique du Sud

April 20, 2016

Image
Nouvelles images Mais

Des recherches ont démontré que le rendement du maïs dans certaines régions de l’Afrique du Sud pourrait subir une diminution de l’ordre de 20 % d’ici les années 2050 en raison des changements climatiques. Cela pourrait avoir une incidence dramatique sur les agriculteurs de subsistance, les plus pauvres risquant d’être touchés plus durement.

La Commission financière et fiscale d’Afrique du Sud a présenté ses constatations au Parlement, aux fins de discussion, au début de 2015. L’étude financée par le CRDI et menée par les universités du Cap, du Venda et de Fort Hare presse le gouvernement d’investir dans un indice de vulnérabilité des ménages (HVI) afin de déterminer quels ménages sont les plus vulnérables aux répercussions des changements climatiques, puis d’aider ces ménages à accroître leur résilience aux changements climatiques. Elle indique également que l’indice de vulnérabilité des ménages constitue un outil efficace dont le gouvernement pourrait se servir pour affecter des fonds à la réduction de la pauvreté et de la vulnérabilité.

Le Réseau d’analyse des politiques relatives à l’alimentation, à l’agriculture et aux ressources naturelles est le concepteur de cet indice de vulnérabilité des ménages, qui permet de mesurer la capacité d’un ménage à faire face aux crises découlant des changements climatiques, notamment la sécheresse et les inondations. 

Des chercheurs ont examiné la vulnérabilité des ménages et des scénarios futurs en matière de cultures dans deux collectivités rurales du Cap-Oriental et du Limpopo, qui font partie des provinces les plus vulnérables aux catastrophes naturelles en Afrique du Sud. Ils ont constaté que les changements climatiques risquent de compromettre la subsistance et la sécurité alimentaire à ces deux endroits d’ici les années 2050, en raison de la réduction du rendement du maïs, qui est une culture vivrière de base. Au Cap-Oriental, le rendement du maïs devrait subir une diminution de l’ordre de 8 à 15 %. Au Limpopo, à la suite d’une hausse initiale, le rendement devrait subir une diminution de près de 20 % après 2050.

En plus de l’adoption de l’indice de vulnérabilité aux fins de prise de décisions et de planification, les chercheurs ont recommandé d’aider les agriculteurs à s’adapter aux changements climatiques en leur proposant des solutions économiques et adaptées au climat, notamment des variétés de cultures résistantes à la sécheresse, des cultures à petits grains et des systèmes de culture sans préparation du sol.

Pour en savoir plus