Des banques de gènes de maïs aident les petits agriculteurs à relever de nouveaux défis

Image
Division des communications, CRDI
DES EFFETS DURABLES

Les petits agriculteurs de l’État d’Oaxaca, au Mexique, dont les traditions agricoles sont menacées, ont maintenant accès à un plus grand nombre de variétés indigènes de maïs provenant de l’ensemble de la région. Ils sont ainsi en mesure de sélectionner des souches locales plus aptes à s’adapter à l’environnement. Ce sont des incitations et de nouveaux outils fournis par l’entremise d’un programme novateur financé par le CRDI qui ont permis ce changement.

À LIRE ET À VOIR ÉGALEMENT
 
 
 
Livres du CRDI
Livres du CRDI offerts gratuitement en ligne ou en vente
 
Bibliothèque numérique du CRDI
Extrants de recherche 

Les agriculteurs utilisent une multitude de variétés de maïs — formées par sélection naturelle — qui sont très bien adaptées aux milieux inhospitaliers et aux sols pauvres, et qui exigent très peu d’investissements. C’est ce qu’explique Mauricio Bellon, un scientifique qui a été rattaché au Centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT).

 
À la fin des années 1990, on faisait la promotion des variétés commerciales hybrides; certaines variétés traditionnelles avaient disparu. Si la tendance s’était confirmée, les agriculteurs auraient pu devenir dépendants des nouvelles variétés qui exigent de recourir à des pesticides, des engrais et des moyens d’irrigation coûteux. L’obligation d’acheter chaque année des semences hybrides des semenciers menaçait aussi la viabilité des exploitations agricoles.
 
Forts de l’appui du CRDI, le CIMMYT et l’INIFAP, l’institut mexicain de recherche agronomique, ont sondé les agriculteurs et dressé la liste des attributs des variétés préférées. Ces variétés ont été « figées dans le temps » dans des banques de gènes de maïs.
 
On a ensuite permis aux agriculteurs d’avoir accès aux variétés provenant de ces banques de gènes, et ils ont ainsi pu produire par croisement de nouveaux types de maïs capables de s’adapter à l’évolution des conditions du milieu. Les agriculteurs ont aussi pu profiter de nouvelles installations d’entreposage, qui leur ont permis de conserver le maïs et d’attendre que son prix augmente.
 
Ces incitations ont raffermi la volonté des agriculteurs de préserver la biodiversité dans l’État d’Oaxaca. Et aujourd’hui, comme le fait remarquer Daniel Buckles, ancien administrateur de programme au CRDI, les gens cultivent encore la terre, y élèvent leur famille, en tirent des revenus et gèrent la diversité qu’elle comporte.
 

 
Les variétés de maïs que créent les agriculteurs sont comme des billets de loterie. Elles leur donnent une chance de gagner à l’avenir, lorsque les conditions environnementales risquent d’être différentes. La planète y trouve aussi son compte : les agriculteurs produisent des combinaisons gagnantes qui permettent de s’adapter à l’évolution du climat et des conditions de production.
Mauricio Bellon, ancien scientifique principal au CIMMYT

 


DES EFFETS DURABLES  > GESTION DES RESSOURCES NATURELLES