Déplacés par le développement: comment l'État peut-il entraver ou aider

November 16, 2016

Ann George et S. Irudaya Rajan

Ces dernières décennies ont vu des changements spectaculaires dans la ville du sud de l'Inde de Kochi, où une série de méga développements a remodelé la ville et ses banlieues - et déplacé de nombreux résidents. Dans leur article de 2015 intitulé « Changer les villes et changer les vies: le déplacement induit par le développement à Kochi, au Kerala », des chercheurs du Centre for Development Studies et du Union Christian College examinent la vie des personnes déracinées par le développement. Par le biais d'enquêtes et d'entretiens, ils ont constaté que si la pauvreté, les inégalités, la violence et l'insécurité physique n'étaient pas des préoccupations majeures, diverses formes de violence étatique - de la négligence et de l'inefficacité à la force brute - ont causé beaucoup de souffrances inutiles aux personnes déplacées.

Pourtant, les entrevues ont également révélé l'agence des déplacés alors qu'ils luttaient pour une indemnisation équitable. Les conclusions suggèrent que les personnes déracinées peuvent mieux supporter les difficultés de la réinstallation lorsque les compensations permettent des améliorations modestes dans leur situation de vie.

Lire l'article complet (PDF en anglais, 349 Ko) dans Cities People Places: Un journal international sur les environnements urbains.

Explorez le projet appuyé par le CRDI, Réinstallations involontaires : étude transnationale sur les inégalités et la pauvreté urbaines.

Renseignez-vous sur la façon dont le CRDI appuie la recherche pour rendre les villes plus sûres dans le cadre de son partenariat – Villes sûres et inclusives – avec le Department for International Development du Royaume-Uni.