Article sur l’étude des perceptions qu’ont les agriculteurs de la variabilité du climat et des changements climatiques dans les zones semi-arides du Kenya

July 07, 2011

Image
Femme au Kenya jauge la pluie

Mary Mueni Samson, du village de Munyuni, dans le district de Migwani, au Kenya, recueille les données qu’affiche le pluviomètre installé dans son potager.

Pour mettre au point des stratégies d’adaptation aux changements climatiques en collaboration avec des petits agriculteurs, il est essentiel de comprendre le savoir indigène. Conscients de cette nécessité, des chercheurs ont voulu étudier les perceptions qu’ont les petits agriculteurs de la variabilité du climat et des changements climatiques dans cinq districts du Kenya au climat semi-aride. Ils ont ensuite comparé ces perceptions aux données météorologiques provenant des stations météorologiques locales.

Les résultats de leurs travaux ont révélé que, bien que les agriculteurs connaissent bien le climat de leur région, ils ne sont pas nécessairement en mesure de cerner les tendances à long terme. Les souvenirs qu’ils ont au regard de la météo sont souvent fondés sur le rendement des cultures. Ils peuvent cependant avoir de la difficulté à distinguer les diminutions de rendement attribuables aux variations de la pluviosité de celles causées par d’autres facteurs. En donnant plus de poids aux répercussions négatives sur le rendement, les agriculteurs surestimaient souvent les risques.

L’étude a fait ressortir le besoin de faire preuve de discernement pour interpréter les perceptions des agriculteurs à l’égard de la variabilité du climat et des changements climatiques à long terme. Lire à ce sujet l’article Climate variability and change: Farmer perceptions and understanding of intra-seasonal variability in rainfall and associated risk in semi-arid Kenya.

Cet article fait état des résultats des travaux de recherche effectués dans le cadre du projet Gestion des risques, réduction de la vulnérabilité et accroissement de la productivité dans un contexte de changements climatiques, dirigé par la Sokoine University of Agriculture de la Tanzanie, en partenariat avec l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT), dont le siège est à Nairobi, et le service météorologique du Kenya, et financé par le truchement du programme Adaptation aux changements climatiques. Il est paru dans un numéro de 2011 d’Experimental Agriculture.

Lancé en 2006, le programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique par la recherche et le renforcement des capacités est une initiative conjointe du Centre de recherches pour le développement international, du Canada, et du Department for International Development (DFID), du Royaume-Uni.

D’autres résultats de ce programme sont présentés ci-dessous.