Annonce d’un important financement dans le cadre de la visite de la ministre Bibeau et de la secrétaire parlementaire Gould sur les sites de projets du CRDI en Afrique subsaharienne

September 20, 2016

Image
La ministre Bibeau au bureau d'AIMS

Lors de sa visite en Afrique occidentale, en août, l’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie du Canada, a annoncé un important financement pour un bénéficiaire du CRDI. Au Sénégal, la ministre Bibeau a rencontré des représentants de l’initiative À la recherche du prochain Einstein de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS-NEI), un réseau panafricain de centres de formation aidant les étudiants à devenir des innovateurs afin de favoriser l’autosuffisance de l’Afrique sur le plan des sciences, de l’éducation et de l’économie. Après avoir entendu les témoignages d’étudiants actuels et d’anciens étudiants sur l’incidence positive du programme, la ministre Bibeau a annoncé une contribution de 22,6 millions CAD du Canada sur cinq ans (le CRDI gérera 19,6 millions CAD provenant d’Affaires mondiales Canada et 3 millions CAD provenant du CRDI au nom du gouvernement du Canada). Ce financement servira à mettre sur pied un programme spécialisé sur les changements climatiques au centre de l’AIMS du Rwanda et un cours sur les changements climatiques qui sera offert dans tous les centres de l’AIMS.

En lien avec son objectif de placer les femmes et les filles au coeur des programmes d’aide internationale du Canada, la ministre Bibeau a présidé un déjeuner pour les femmes influentes du Sénégal auquel a participé Oumoul Tandian, enquêtrice principale dans le cadre du projet régional du CRDI intitulé « Violences sexuelles et accès à la justice pour les femmes rurales en Afrique occidentale ». Le groupe a discuté des difficultés auxquelles font face les femmes et les filles en ce qui concerne la santé, les droits et l’éducation. Durant une rencontre distincte avec la ministre, Ramata Thioune, spécialiste de programme principale du CRDI, a parlé longuement des programmes du CRDI en Afrique occidentale; la ministre Bibeau était particulièrement intéressée par les projets touchant la violence sexuelle contre les femmes et la lutte contre le mariage précoce pour les filles.
ps_gould_at_addis_hospital.jpg

Au Mali, des représentants des organismes bénéficiaires du CRDI MISELI et l’Institut d’économie rurale ont participé à un dîner pour les partenaires du Canada présidé par la ministre Bibeau à l’ambassade, à Bamako.

En Afrique orientale, Karina Gould, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement international, a participé à une table ronde avec des jeunes kényans. Les discussions ont porté sur les résultats d’un sondage de l’Aga Khan East African Institute (EAI) financé par le CRDI visant à mieux comprendre les valeurs, les attitudes, les inquiétudes et les aspirations des jeunes de l’Afrique orientale.

En Éthiopie, Mme Gould était accompagnée de l’ambassadeur du Canada et du conseiller en développement de l’ambassade lors d’une visite à l’hôpital Mekelle visant à évaluer l’incidence du projet du CRDI intitulé « Étude communautaire sur les causes de décès, liée au programme de santé des mères et des enfants et aux statistiques de l’état civil en Éthiopie ». Environ 220 000 mères et enfants meurent chaque année en Éthiopie, mais la cause de décès est inconnue pour la plupart d’entre eux puisque moins de 30 % des naissances et des décès y sont enregistrés. Le projet vise à déterminer les causes de décès en lien avec la santé des mères et des enfants et se concentre sur les statistiques de l’état civil en Éthiopie.

Mme Gould a visité les services de maternité et de pédiatrie de l’hôpital; les unités de soins prénatals, postnatals et à l’accouchement; ainsi que l’unité de soins intensifs et les salles d’opération néonatales. Wubegzier Mekonnen, enquêteur principal du projet de recherche du CRDI, a informé Mme Gould des contributions du projet sur le plan de l’amélioration des données sur les causes de décès et ses liens avec le tout nouveau système d’enregistrement des données de l’état civil du pays. Le projet permettra à l’Éthiopie d’obtenir ses premières données représentatives sur les causes de décès maternels et néonatals, ce qui aidera à déterminer les lacunes quant aux services de santé pour les mères et les enfants, ainsi qu’à faire des liens entre les causes de décès et l’état de santé. Ces données serviront à orienter les futures politiques.

Apprenez-en plus sur les expériences des anciens étudiants de l’AIMS, dans leurs propres mots.

Apprenez-en plus sur le programme Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique du CRDI.