"Africa’s counting house" : article dans la revue Nature

Image

Quelques étudiants du centre AIMS de l’Afrique du Sud

Leigh Phillips Titulaire d’une bourse en journalisme scientifique du CRDI
Parlant de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) et de son plaisir de côtoyer des étudiants venus de partout sur le continent, une femme originaire de Madagascar rayonne : tout le monde parle de science, affirme-elle, c’est très emballant... c’est comme une bibliothèque remplie de gens plutôt que de livres.
 
On peut en apprendre plus au sujet de l’AIMS en lisant l’article "Africa’s counting house", écrit par Leigh Phillips et publié dans la prestigieuse revue scientifique internationale Nature, dont les bureaux sont à Londres, au Royaume-Uni. Il s’agit de l’un des douze articles que M. Phillips a rédigés pour la revue Nature grâce à la bourse en journalisme scientifique du CRDI qu’il a obtenue. Cette bourse, qui est attribuée à des journalistes à mi-carrière, lui aura permis de réaliser des reportages scientifiques en provenance de pays en développement et de se rendre au Mexique et en Afrique du Sud pour ce faire.
 
Lors de sa visite au centre AIMS de l’Afrique du Sud, au Cap, M. Phillips a échangé avec des étudiants et des professeurs. Il a également discuté avec Neil Turok, fondateur de l’institut, pour qui l’Afrique représente le plus grand bassin de talents scientifiques inexploité au monde, et avec Kwame Akyeampong, mathématicien et analyste des politiques principal à l’UNESCO, qui estime que l’action de l’AIMS revêt une importance primordiale.
 
L’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) est une initiative avant-gardiste ayant pour but de consolider l’assise de la recherche scientifique en Afrique et de mettre un frein à l’exode des cerveaux. Les étudiants les plus brillants du continent sont retenus en vue de suivre un programme rigoureux d’une durée de dix mois. Certains des meilleurs professeurs de mathématiques au monde, dont des Canadiens, sont chargés des cours qui sont offerts dans les centres AIMS établis en Afrique du Sud, au Sénégal et au Ghana.
 
Le CRDI administre la somme de 20 millions de dollars par laquelle le gouvernement du Canada contribue à l’expansion de l’AIMS. Depuis la création de l’institut en 2003, quelque 450 étudiants en provenance de 35 pays, dont le tiers était des femmes, ont été formés et ont obtenu leur diplôme.
 
L’équipe de M. Turok est fière d’avoir produit des statisticiens pour l’Energy Regulation Board de la Zambie, des ingénieurs des systèmes pour des sociétés d’experts-conseils en technologie de l’information de la Namibie, des chercheurs en épidémiologie pour l’Afrique du Sud et des chargés d’enseignement pour de nombreuses universités africaines, ces derniers enseignant à leur tour à des centaines d’étudiants chaque année, écrit M. Phillips.