Adaptation and beyond Série de fiches sur les enseignements tirés de l’adaptation

June 18, 2011

Image
 ferme Station météorologique

Mise en oeuvre à l’échelle des collectivités, l’adaptation permet aux personnes de devenir les artisans de leur propre développement. Plus qu’une simple réaction aux chocs climatiques, c’est un processus d’apprentissage par lequel les collectivités parviennent à surmonter les difficultés et à se préparer aux phénomènes climatiques. Loin de minimiser la gravité des changements climatiques, les partisans de cette démarche croient cependant que les pressions exercées sur l’environnement peuvent être des occasions de grandir, tant pour les personnes que pour les collectivités.

En Afrique du Sud, INDIGO Development & Change et l’Environmental Monitoring Group ont étudié la façon dont des petits exploitants vivant de la culture du rooibos se sont adaptés aux changements climatiques dans la région de Suid Bokkeveld, dans la province du Cap Nord. Les fiches de la série Adaptation and beyond font état de l’expérience que les chercheurs ont acquise au cours de leurs travaux de recherche participative avec des cultivateurs de thé, et démystifient certaines notions clés utilisées dans la recherche sur le climat. Elles couvrent les thèmes suivants : adaptation de collectivités aux changements climatiques, sexospécificités de l’adaptation, science du climat, principes inhérents à la collaboration avec des particuliers, des ménages et des collectivités.

Lire les fiches (PDF)

Ces fiches sont le fruit d’une initiative pilote menée dans le cadre du projetAdaptation de collectivités africaines aux changements climatiques – dont était chargé l’African Centre for Technology Studies, organisme kenyan –, avec l’appui du programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique du CRDI. Elles ont été publiées par Indigo Development & Change en 2011.

Lancé en 2006, le programme Adaptation aux changements climatiques en Afrique par la recherche et le renforcement des capacités est une initiative conjointe du Centre de recherches pour le développement international, du Canada, et du Department for International Development (DFID), du Royaume-Uni.

D’autres résultats de ce projet sont présentés ci-dessous.