Activité antérieure : Le CRDI au Congrès mondial sur la santé publique 2015

February 11, 2015

Image
14e Congrès mondial sur la santé publique

Le 14e Congrès mondial sur la santé publique s'est déroulé du 11 au 15 février 2015 au parc scientifique Science City de Calcutta, en Inde. Le thème de cette année était « Peuples en santé, environnement sain ». Cet événement a été organisé par l'Association de santé publique de l'Inde et la Fédération mondiale des associations de santé publique. Réunissant 1 650 experts venus de 70 pays, le Congrès a donné l'occasion à la communauté mondiale de la santé publique de célébrer ses réussites, de cerner les difficultés et de débattre des problèmes urgents en santé mondiale. 

Le CRDI a appuyé la participation de plusieurs chercheurs impliqués dans des projets en Asie financés par le Centre. Il a également apporté au Congrès de l'aide financière et technique pour deux séances :

Maladies infectieuses émergentes et résurgentes – Ebola : réponse et préparation dans les régions

Cette séance était animée par Arlyne Beeche, administratrice de programme principale du CRDI. Les conférenciers ont discuté de l'importance des facteurs socioculturels dans l'épidémie d'Ebola actuelle, et notamment dans le cas du Nigéria. De nombreux facteurs sont entrés en jeu pour permettre au Nigéria de contrôler l'épidémie : mobilisation sociale, éducation, création de lignes d'aide, repérage des patients, volonté politique, coordination des intervenants, concours des laboratoires pour des livraisons rapides, sensibilisation à l'aide des médias sociaux, enregistrement des cas et suivi, et outils de communication comme les refrains publicitaires à la radio et les messages sur Internet.

wcph-ebola-session_0.jpgRôle des interventions sur le plan des politiques dans la prévention des maladies non transmissibles

Cette séance préalable au Congrès était coprésidée par Anindya Chatterjee, directeur du Bureau régional de l'Asie du CRDI, et par Damodar Bachani, sous-commissaire, Maladies non transmissibles, ministère de la Santé et de la protection de la famille du gouvernement de l'Inde. Les conférenciers ont abordé les facteurs de risques des maladies non transmissibles et décrit les structures fiscales et les stratégies d'intervention destinées à leur prévention. Ils ont mis en avant les pratiques exemplaires appliquées en Thaïlande, qui dispose d'une politique fiscale efficace, et ont cité des exemples d'interventions efficaces dans des pays comme la Finlande, la Pologne et l'Île Maurice.

Quelques-uns des bénéficiaires du CRDI ayant participé au Congrès

field-entomologists-in-dhaka-2013-monsoon-survey_0.jpgG. U. Ahsan:

Doyen, École des Sciences de la vie et de la Santé, et président, département de la Santé publique, North South University, au Bangladesh

Expert en épidémiologie, M. Ahsan a donné les résultats de la recherche effectuée à Dhaka subventionnée par le CRDI. Cette étude a montré que la prise de mesures simples, comme la réduction des contenants d'eau dans les zones où se reproduit le moustique Aedes, le principal vecteur de la dengue,pourrait avoir des effets positifs importants pour lutter contre les épidémies de dengue à Dhaka.

fang-jing_1.jpgFang Jing:

Directeur de l'Institut des sciences de la santé, Faculté de médecine Kunming, province du Yunnan, en Chine.

Spécialiste de la santé publique et de la médecine préventive, Mme Fang a présenté sa recherche sur le contrôle de l'emploi des pesticides dans l'agriculture et la réduction de leurs effets nocifs sur la santé. Ces travaux font partie d'une initiative multinationale destinée à éclairer les stratégies d'amélioration de la santé et de l'environnement en Asie du Sud-Est.

monika-arora_0.jpgMonika Arora:

Directrice, Promotion de la santé et professeure adjointe, Fondation pour la santé publique de l'Inde.

Spécialiste de la santé chez les adolescents et de la prévention des maladies non transmissibles (MNT), Mme Arora a présenté les résultats de la recherche sur la lutte contre l'alcoolisme en Inde. Elle espère élargir le champ d'application de ces travaux au moyen de partenariats et d'une coordination multilatérale pour la réalisation de l'objectif mondial visant à réduire les MNT de 25 % d'ici 2025.   

minu-sharma_0.jpgMinu Sharma:

Spécialiste en sciences sociales, Centre de recherche national sur les zoonoses et l'hygiène alimentaire, au Népal.

Mme Sharma a présenté sa recherche sur les maladies d'origine alimentaire et hydrique qui se transmettent des animaux aux humains. Cette étude a contribué à la formulation de lignes directrices et politiques nationales au Népal pour lutter contre les maladies, comme les maladies gastro-intestinales.

wiku-adisasmito_0.jpgWiku Adisasmito:

Professeur en politiques de santé, Université d'Indonésie.

M. Adisasmito, vétérinaire et spécialiste en santé environnementale, épidémiologie et politiques, présente les progrès accomplis par un consortium de centres de recherche situés en Chine, en Indonésie, en Thaïlande et au Vietnam, qui sont axés sur les liens entre la modification des pratiques agricoles et la santé humaine.    

Boualam Khamlome:

Personnel technique, Département de lutte contre les maladies, ministère de la Santé, au Laos. 

Expert dans le domaine de la lutte contre les maladies transmissibles, M. Khamlome a présenté les résultats d'une étude visant à élaborer une stratégie en vue de l'usage prudent des agents antimicrobiens pour la prévention de la résistance antimicrobienne chez les humains et les animaux au Laos. 

En savoir plus sur le Congrès mondial sur la santé publique 2015.