Appel à notes conceptuelles : Recherche sur la décentralisation et l’égalité entre les sexes au Myanmar

Comment postuler

Nous acceptons des propositions pour un nombre maximal de quatre projets de recherche échelonnés sur une période maximale de 36 mois, pour un budget total plafonné à 400 000 CAD.

Les organisations intéressées doivent faire parvenir à l’adresse suivante : myanmar@crdi.ca au plus tard le 7 août 2017, à 23 h 45 HAE/10 h 30 (heure de Yangon) :

Au moment de préparer votre proposition, veuillez consulter nos critères d’évaluation et de sélection (PDF, 204 Ko).

Montant et durée du financement 

Subventions pouvant atteindre 400 000 CAD échelonnées sur une période maximale de 36 mois.

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et Affaires mondiales Canada (AMC) lancent cet appel afin d’obtenir des propositions de projet de recherche dans le cadre d’une toute nouvelle initiative appelée Le savoir au service de la démocratie du Myanmar, dont le but consiste à aider les organisations de recherche du Myanmar à réaliser des projets de recherche de haute qualité. Cet appel vise à répondre au besoin d’études de haute qualité sur la démocratie et la croissance vues sous l’angle de l’égalité entre les sexes.

Qui peut présenter une proposition 

Les demandeurs privilégiés sont les chercheurs basés au Myanmar possédant de l’expertise et de l’expérience en économie, en finances publiques, en rapports hommes-femmes, en sciences politiques et dans d’autres sciences sociales connexes. L’équipe multidisciplinaire sera dirigée par un chef de projet local ou international au sein d’un consortium d’organisations de recherche locales ou internationales; ce chef de projet devra posséder une compétence reconnue dans les domaines de la recherche et de l’engagement en matière de politiques au Myanmar.

Contexte 

Le Myanmar, nouveau venu sur la scène démocratique internationale, est aux prises avec une multitude de défis, particulièrement en ce qui a trait à la pauvreté et à la vulnérabilité de sa population. Le parcours que suit actuellement le pays afin de faire la transition vers des systèmes démocratiques est ponctué de nombreux changements dans les sphères politique, sociale, économique et administrative. Ces changements ne pourront toutefois être efficaces que si les hommes et les femmes de toutes les ethnies participent activement à la transition démocratique et déploient les efforts nécessaires à une croissance économique inclusive. Il est nécessaire à ce titre que la population puisse participer à un dialogue constructif avec son gouvernement en s’appuyant sur des analyses, des données probantes et des données produites à l’échelle locale. En l’absence de telles données et analyses ayant une pertinence locale, les politiques, même animées des meilleures intentions du monde, sont souvent déconnectées de la réalité.

Le Myanmar ayant été gouverné par un régime militaire à dominance masculine pendant près de quatre décennies, les femmes ont été écartées de l’adoption des politiques, et les décisions reflétaient le point de vue des hommes. La situation évolue toutefois graduellement grâce à des événements comme les élections de novembre 2015. Cela dit, il reste encore beaucoup de progrès à accomplir. À l’heure actuelle, les femmes occupent seulement 10,5 % des sièges au Parlement national, et deux femmes seulement ont été nommées à des postes militaires (1,2 % de toutes les personnes nommées). Même si les femmes composent plus de la moitié de la population du Myanmar, ce sont les hommes qui monopolisent le marché du travail puisqu’ils représentent 85,2 % de la population active.

Sous le régime militaire qui a perduré pendant des décennies, la diffusion d’informations, les recherches et la liberté d’expression ont été sévèrement restreintes. Le manque d’information a entraîné d’importantes lacunes au regard de données fiables sur l’inégalité entre les sexes. Or, depuis 2011, le gouvernement du Myanmar fait preuve d’initiative en améliorant les compétences en recherche et en analyse et en recherchant les avis d’experts qualifiés provenant de différents cercles. Cela a conduit à une augmentation du nombre d’études publiées et à une croissance rapide du nombre de chercheurs au sein des universités, des think tanks et de la société civile dans son ensemble.

En dépit de ces améliorations, les études de fond sur les politiques demeurent embryonnaires au Myanmar. Par ailleurs, beaucoup pensent encore que l’inégalité entre les sexes n’existe pas au Myanmar, ou qu’elle ne revêt aucune importance. Il est donc impératif de procéder à des études qui permettront de mieux comprendre les progrès qui peuvent être réalisés sur le plan de la démocratie, de la décentralisation et de la croissance au moyen de la promotion de l’égalité entre les sexes sous la forme d’initiatives concrètes de la part du gouvernement et de la société civile.

L’initiative 

Le Canada, par l’entremise du CRDI et d’AMC, lance Le savoir au service de la démocratie du Myanmar, une initiative qui vise à développer les capacités de recherche et d’analyse d’organisations locales, de fonctionnaires et d’intervenants de la société civile, à rassembler les groupes d’intérêts diversifiés du Myanmar au moyen d’une plateforme, et à offrir aux citoyens des occasions de prendre part à la réforme.

Par cette initiative, le Canada cherche à aider les organisations de recherche locales à se doter des capacités nécessaires pour réaliser des projets de recherche sous l’angle des rapports hommes-femmes.

Pour en savoir plus sur cette initiative : www.crdi.ca/myanmar.

Les candidats sont invités à lire et à passer en revue le document d’information intitulé Gender Inequalities in a Decentralized Myanmar (PDF en anglais, 168 Ko) du Dr Paul Minoletti (avril 2017).

Les projets de recherche proposés devraient porter avant tout sur les rapports hommes-femmes, plus particulièrement sur l’un ou l’autre des deux sujets suivants :

  1. L’inégalité entre les sexes dans la participation politique
  2. La budgétisation et la prestation des services publics favorables à l’égalité entre les sexes

Les extrants de recherche doivent être présentés sous forme de documents de travail qui seront soumis à un examen par les pairs aux fins de publication. Chaque projet devra donner lieu à au moins deux extrants de recherche révisés par les pairs, par exemple :

  • Des études de référence : cerner des orientations à valeur ajoutée pour des études de suivi, tout en suscitant un intérêt pour le programme de recherches et en identifiant des partenaires et des intervenants potentiels de la sphère des politiques. Pour réaliser les études de référence, il faudra procéder à une collecte de données préliminaires et faire rapport des conclusions.
  • Rapports de synthèse : à partir des études de référence, des rapports de synthèse seront produits pour expliquer la mesure dans laquelle la recherche réalisée dans le cadre du projet proposé a permis de combler les lacunes en matière de recherche. Les intervenants des domaines des politiques et de la recherche représenteront le public cible de ces rapports.
  • Études comparatives régionales : il faudrait idéalement mettre en lumière les lacunes les plus criantes dans la base de connaissance au Myanmar qui pourraient être comblées, du moins en partie, par les leçons tirées d’autres expériences régionales. Il peut s’agir, par exemple, d’entreprendre des projets de recherche similaires à ceux réalisés dans d’autres pays d’Asie, de rendre visite à des chercheurs d’autres pays d’Asie et de s’adjoindre leur contribution en tant que conseillers. Les fonds peuvent servir à financer tant des recherches au Myanmar que des recherches dans les pays environnants.

ANNEXE A : présentation de notes conceptuelles de recherche

Veuillez envoyer vos notes conceptuelles à myanmar@crdi.ca, d’ici le lundi 7 août 2017, à minuit HAE/10 h 30 (heure de Yangon).

Nom de l’institution principale, sujet du projet de recherche et chargé de projet

Problème de développement et objectifs 

Quel est le problème de développement ciblé par votre projet de recherche ? Pourquoi est-il important de résoudre ce problème au Myanmar ? Quels sont les principaux objectifs de l’activité que vous proposez ? Comment les atteindrez-vous ? (Veuillez ne pas dépasser 500 mots.)

Méthodologie et activités relatives au projet 

Veuillez décrire la méthodologie (ou la théorie du changement) que vous proposez et les types d’activités prévues dans le cadre du projet pour atteindre les objectifs (susmentionnés). N’oubliez pas que vous devez aborder les rapports hommes-femmes dans votre analyse (veuillez ne pas dépasser 500 mots). 

Extrants et résultats escomptés 

Les notes conceptuelles doivent expliquer concrètement les liens entre les résultats escomptés pendant le projet et les résultats finaux qui devraient être atteints à l’issue du projet. Par ailleurs, vous devez évaluer les répercussions du projet sur l’égalité entre les sexes (veuillez ne pas dépasser 150 mots).

Stratégie de communication 

Les notes conceptuelles doivent comprendre l’ébauche d’un plan de communication et de mise en application de la recherche aux fins de partage des résultats du projet au Myanmar, par exemple les objectifs sur le plan de la diffusion de l’information et de l’engagement, les destinataires cibles, et tout outil de communication novateur, s’il y a lieu (veuillez ne pas dépasser 150 mots).

Renseignements sur l’institution 

Cette section devrait répondre à la question suivante : En quoi le mandat et les travaux de votre institution sont-ils liés à la décentralisation, au développement démocratique et à l’égalité entre les sexes au Myanmar ? Veuillez inclure une brève description de projets et de financements passés pertinents. Si votre institution entend former un partenariat avec une autre organisation, veuillez expliquer la nature de la relation entre les deux (veuillez ne pas dépasser 150 mots).

Risques et mesures d’atténuation; considérations éthiques exceptionnelles 

Veuillez décrire tous les risques, le cas échéant, qui pourraient se produire si les objectifs du projet n’étaient pas atteints ainsi que la stratégie d’atténuation de ces risques. Veuillez également expliquer toutes les considérations éthiques liées à ce projet, s’il y a lieu (veuillez ne pas dépasser 150 mots).

Budget et échéancier 

Veuillez joindre à votre proposition une Proposition de budget qui comprend les postes suivants : salaires, consultants, matériel, voyages à l’étranger, dépenses de recherche, évaluation, formation et coûts indirects (administration). Le budget doit être présenté dans la devise locale (kyat); le total ne doit pas dépasser 400 000 CAD (les risques liés au taux de change sont assumés par les candidats). Veuillez indiquer un échéancier ne dépassant pas 36 mois (trois ans). Il convient de noter que la politique du CRDI indique que tout bénéficiaire de subvention doit contribuer d’une certaine façon au budget, qu’il s’agisse d’une contribution en argent ou en nature.

Note Annex C: Il convient de noter que le candidat retenu devra présenter plusieurs documents supplémentaires au sujet de l’institution. En cas d’approbation de ses notes conceptuelles, l’institution devra fournir au CRDI les documents suivants : ses états financiers les plus récents (vérifiés ou validés), des documents institutionnels comme ses statuts constitutifs, son organigramme, une liste des bailleurs de fonds extérieurs et de leurs contributions, son dernier rapport annuel, et une preuve d’enregistrement ou de l’existence d’un régime de sécurité sociale ou un résumé de sa politique en matière de ressources humaines.​